RIBA Pierre

RIBA Pierre
Évaluer l'artiste
0.00

Article publié dans le livre Artistes Occitanie, les 30 artistes 2023, paru en novembre 2022.
Quatrième volume de la série Artistes Occitanie, les 30 artistes de l’année.

Pierre Ribà
Vers l’essentiel

Il y a les les passeurs de rêves, les gueules cassées, les jeunes pousses!, les Siamoises, don Antonio, Natalia, Clovis, Kisette, Pepito,………
Bref, des personnages. Mais au milieu de cette foule se trouvent aussi Universus (la mesure du monde), Liaisons nocturnes, Recuerdo. Les unes sont apparemment humaines, les autres plus abstraites. Elles appartiennent toutes au même univers et le lien de parenté est évident: dans tous les cas, les formes sont épurées, tendent vers l’essentiel.
Celles qui portent des noms de personnages pourraient tout aussi bien être des masques, parfois même des boucliers, pendant que celles qui portent des noms abstraits peuvent évoquer des objets très concrets (des galets, des carapaces, des roues de moulin, des vagues) ou tendre vers quelque chose de religieux qui n’apparaît pas dans le titre. Bref, l’artiste entretient sciemment l’ambiguïté,
Quel qu’en soit le sens, ses œuvres appartiennent à un univers intemporel, comme un objet poli et repoli par la nature ou la main de l’homme depuis des millénaires. Les titres peuvent faire pencher vers la nature ou vers l’humain, vers l’ancestral ou vers le contemporain. Ils permettent d’injecter une touche d’ironie et de désacraliser un peu des objets qui ne sont après tout que des amas de carton. L’essentiel et le dérisoire, la noblesse et le matériau de rebut. La re- cherche de la pureté et la fragilité d’un bout de carton. Pierre Ribà cherche toujours l’essentiel, crée des œuvres qui tendent vers la pureté et la contemplation mais “avec l’âge, je reste -peut-être- moins modeste et moins terre-à-terre dans mes explications”.
Car devant ses personnages, mi-visages, mi-masques, on peut convoquer de nombreuses références artistiques: Brancusi, ou plus en amont, Arp, Zadkine ou encore la statuaire africaine, ou en remontant encore plus loin l’art des Cyclades. Rien de tout cela n’est faux, mais aucune de ces références ne figure pourtant au centre de son travail.
Ce qui a le plus marqué Pierre Ribà, c’est tout simplement la nature qu’il côtoyait dans son enfance. Davantage que les Beaux-Arts, par lesquels il est passé sans que cela représente un marqueur important dans son parcours.
“A la fin de mes études, j’avais les mains qui me démangeaient ! Je suis rentré en Ardèche et j’ai restauré des maisons avec des artisans, tout en peignant en parallèle”.
L’Ardèche, là où se trouvent ses premiers souvenirs, des souvenirs de quiétude au milieu des années de guerre. “Mes grands-parents m’ont fait découvrir la beauté des choses simples, les galets arrondis par l’eau par exemple. Je suis bâti de cette simplicité des gens de la campagne ”.
Il y a plus de trente ans, Pierre Ribà a d’ailleurs travaillé d’autres matériaux fournis directement par la nature, comme les bois flottés trouvés dans les rivières. Mais c’est avec ses sculptures en carton qu’il réussit la synthèse: des formes aussi simples (en apparence) que des galets arrondis, un travail qui nécessite des gestes d’artisan, et un contact avec la matière qui est pour lui fondamental.
Depuis, une deuxième influence a amené l’artiste à réaliser des œuvres qui tranchent avec ce premier univers : à la suite d’une rencontre avec des maîtres japonais de l’origami, Pierre Ribà crée des œuvres plus anguleuses, rappelant le pliage d’une feuille de papier. La recherche n’est pas la même, mais comme les figures ou formes abstraites, l’artiste tend là aussi vers une forme de simplification, de pureté. Ce qui l’intéresse dans l’origami, c’est le pli, la façon dont le volume peut être suggéré, et non la virtuosité éventuelle du pliage.
Dans tous les cas, figures, formes abstraites, pliures, Pierre Ribà fait parler le carton cannelé. Il le découpe, le colle, le ponce. L’artiste utilise des cartons de différentes épaisseurs mais montre toujours la tranche, les alvéoles, le vide au milieu du plein.
Ce vide participe de l’harmonie générale de la pièce. Chaque oeuvre joue de ces creux et des arrondis du canelage, les formes sont toujours lisses malgré le côté rêche et abrupt du matériau : la plupart du temps, l’oeuvre respecte une parfaite symétrie et pour renforcer cette quête de l’essentiel, l’artiste ne travaille ses sculptures qu’en trois couleurs : le blanc, le noir ou la couleur de départ du carton.
Ribà est devenu le maître incontestable de cette matière banale, qu’il achète ou qu’il récupère quand il le peut. “ Il y a trente ans, cela n’a pas tout de suite séduit. L’utilisation du carton laissait encore les gens perplexes. Aujourd’hui, c’est totalement banal, les plasticiens utilisent n’importe quel type de matériau”. L’univers de l’artiste se résume donc à quelque chose de simple: quelques lignes directrices, une matière, une couleur.
Mais sous les outils de Pierre Ribà, cela suffit à composer des œuvres sans cesse renouvelées.

Le confinement, ou l’envie de retrouver les gens
Pierre Ribà est un sculpteur réputé pour sa maîtrise du carton contrecollé avec lequel il réalise de nombreuses sculptures, souvent abstraites.
Mais à la fin du deuxième confinement, l’artiste a changé de manière : lassé de ne voir personne pendant cette période, il a passé du temps là où il pouvait encore revoir des gens se promener : au bord de la mer et notamment à La Grande-Motte.
“A force de regarder les gens se promener, j’ai fini par les dessiner”, explique l’artiste. Et de retour dans son atelier, il a découpé grossièrement les silhouettes dessinées pour leur donner une nouvelle vie sous forme de collages. Ainsi est née toute une série inédite dans le travail de l’artiste, une succession de petites pièces, faites pendant la gravité du confinement mais qui reflète la légèreté de sa sortie.

Pierre Ribà est représenté par les galeries :
– Galerie 21, Toulouse
– Artenostrum, Dieulefit (26)
– CastanArtProject, Perpignan
– DX, Bordeaux
– Collection de la Praye, Fareins/Villefranche-sur-Saône – GNG, Paris 6e.
– Yolenn White, Genève

Rue des Espessas 30660 Gallargues-le-Montueux

    Galerie d'art de l'artiste

    Aucun élément à afficher pour le moment.