Plus de 25 000 abonnés à nos newsletters !

Hervé di Rosa reçu à l’Académie des Beaux-Arts: “Un punk à l’Académie”

- Partenaires -


Hervé di Rosa reçu à l’Académie des Beaux-Arts: “Un punk à l’Académie”

Crédit: Académie des Beaux-arts – Edouard Brane
Détail du costume de l’artiste: les boutons et les feuilles d’olivier classiques… revisités par quelques yeux di rosiens…

« Me voilà devant vous en grand habit, SUR MESURE, au son des tambours de la République, il ne manque plus que les trompettes de la Renommée, du coup, je ne me sens pas vraiment modeste ! », a affirmé avec humour Hervé di Rosa, créateur du MIAM, musée des arts modestes, lors de son installation à l’Académie des Beaux-Arts le 12 juin.

Membre de la section de peinture de l’Académie des beaux-arts, Hervé Di Rosa a été officiellement installé par sa consœur Astrid de La Forest, membre de la section de gravure et dessin. Au cours de cette cérémonie, elle a salué l’art foisonnant et éclectique d’Herve di Rosa, « un punk à l’Académie » :

« Vous refusez d’emblée les discours intellectuels autour de l’art – héritage de votre accès direct aux images – pour un rapport physique, presque organique avec la création. Autant de terrains d’exploration qui sont indissociables de votre réflexion sur la pratique artistique, vous érigeant en penseur des ‘arts modestes’, diffuseur-passeur d’autres artistes grâce à votre rôle de mécène-collectionneur. »

Hervé Di Rosa a été élu à l’Académie le 23 novembre 2022 au fauteuil IV de la section de peinture précédemment occupé par Jean Cortot. Dans son discours, il a rendu comme il se doit hommage à la pensée créatrice de son prédécesseur.

À l’issue de la séance, Pascal Ory, membre de l’Académie française et directeur scientifique de France Mémoire, a remis à Hervé di Rosa son épée d’académicien. Selon la légende, cette épée a été dessinée en 1794 par le peintre Jacques-Louis David pour l’uniforme des élèves de l’École de Mars, première école militaire destinée à former les cadres. Ce nouveau « Glaive de l’Ecole de Mars » conçu par Hervé Di Rosa intègre de nombreux éléments de la mythologie de l’artiste : personnage aux yeux multiples, théâtre d’ombres grotesques, René et Renée, la spirale du Simplon Simplon, en hommage à Alfred Jarry, et le dieu tentaculaire Ah Ah Ah.

  • Des proches d’Hervé di Rosa avaient fait le déplacement, notamment le maire de Sète et les deux dirigeants de la galerie montpelliéraine AD, qui représente l’artiste depuis plus de dix ans.
Hervé di Rosa avec ses galeristes montpelliérains, galerie AD.
Hervé di Rosa avec le maire de Sète, François Commeinhes
  • Le maire de Sète, François Commeinhes a noté que l’artiste entrait à l’Académie 990 ans après Paul Valéry: “Il eût été dommage d’attendre un siècle ! ” :
    Par ma présence à ses côtés, je tenais à lui témoigner la reconnaissance de la ville de Sète pour son travail d’artiste. Figure emblématique de l’art contemporain, Président du Musée des Arts Modestes, Hervé fait briller notre belle ville sur la scène artistique internationale. Son parcours exceptionnel, marqué par une créativité sans limites et une passion inébranlable pour l’art, est une source d’inspiration pour nous tous, comme l’ont si bien magnifié dans leurs discours sa collègue Astrid de la Forest et Pascal Ory, membre de l’Académie Française. Cette reconnaissance prestigieuse témoigne de son engagement et de son talent, et nous sommes nombreux à être fiers de voir l’un des nôtres atteindre de tels sommets”.
  • Deux expositions Di Rosa à Paris et Montpellier
    – AD Galerie, Mauguio. Jusqu’au 31 juillet
    – A Paris, exposition Le passe-mondes, Contre Pompidou, jusqu’au 26 août.


 

Articles associés

Affiner vos résultats

- Partenaires -