A Montpellier, le salon Elan d’Art s’arrête après 11 éditions

 

La 12ème édition de la manifestation d’art contemporain de Montpellier Élan d’art qui se déroulait tous les deux ans au Corum à Montpellier depuis 2003 n’aura pas lieu les 7,8 et 9 mai. “Et n’aura plus jamais lieu”, précise son créateur et organisateur, Emmanuel Hunault.

Élan d’Art avait été initié sous le mandat de Georges Frêche en 2003, pérennisé sous les mandatures de Hélène Mandroux et de Philippe Saurel.

Emmanuel Hunault n’a visiblement pas trouvé d’accord avec le nouveau maire, Michael Delafosse, pour ce salon qui avait accueilli plus de 10 000 visiteurs lors de sa dernière édition.

Le différend porte sur la location d’un étage du Corum que la nouvelle équipe municipale a refusé de prendre en charge (40 000 €), contrairement à ses prédécesseurs.

Mais la situation met l’organisateur en porte-à-faux vis-à-vis des artistes, car les engagements avaient été pris par le maire précédent pour un salon qui a été retardé en raison de la crise sanitaire.

“A l’origine prévu en octobre 2020 et reporté en raison du covid en mai 2021, tout avait été déjà finalisé depuis août 2020 : sélection des artistes, communication, dossier de presse, tout était donc prêt pour que se déroule le salon”, explique dans un communiqué Emmanuel Hunault.

En raison de ce premier timing prévu, l’organisateur avait en effet tout organisé suite au feu vert donné par Philippe Saurel. L’allongement du calendrier fait que c’est la nouvelle équipe qui a hérité du dossier et tranché de manière négative: “Par un concours de circonstances très particulier lié au covid, cet accord n’a jamais pu se formaliser par un vote sous la mandature Saurel. Cependant les échanges de mails que nous avons eu avec les services de communication de la mairie en septembre 2020 nous laissaient à penser que les choses suivaient leur cours. Il nous a fallu attendre le 2 février pour avoir une visioconférence avec l’adjointe à la culture et le chargé de mission auprès du maire, pour apprendre que Monsieur le maire ne voulait plus financer l’organisation du salon invoquant un coût excessif de la location de la salle du Corum, lieu pourtant géré par la métropole de Montpellier présidée par Monsieur Delafosse”. Refus confirmé début mars.

Le maire de Montpellier a proposé à Elan d’Art une solution de remplacement, avec la salle des rencontres de l’Hôtel de ville, mais cette salle, trois fois plus petite, ne permettait pas d’exposer les 65 artistes déjà sélectionnés. Emmanuel Hunault a donc préféré jeter l’éponge.