A Trappes (Yvelines), la sculpture de l’artiste de Rodez Nicolas Sanhes peinturlurée


crédit photos: Ville de Trappes

 

Dégradation ou détournement? Le 16  octobre, Nicolas Sanhes, artiste originaire de Rodez, qui habite aujourd’hui à Trappes installe une sculpture de 1,7 t et mesurant 2,50 m sur 3 m, dans le centre de la ville où il réside, oeuvre commandée par la municipalité pour donner un peu de solennité à une place rebaptisée Arnaud Beltrame, le gendarme audois qui a donné sa vie l’an dernier pour que les terrroristes de Trèbes libèrent une otage.

Six jours plus tard, la sculpture est partiellement recouverte de peintures bleu, rouge et noir, dans un travail plus soigné que les opérations de pur vandalisme (les auteurs ont par exemple bien fait attention à ne peindre qu’un des côtés des barres, les couleurs s’arrêtant nettement aux arêtes de la sculpture).

La mairie a condamné immédiatement cet acte dans un communiqué qui hésite de fait entre dégradation ou détournement:  « Il ne faut pas confondre œuvre d’art et mobilier urbain. Si elle appartient à tous, l’œuvre ne saurait être réappropriée par certains. Dégradations ou détournements, faits sans l’accord de l’artiste et de la collectivité, sont des atteintes au bien public et à la propriété intellectuelle. La place en hommage au colonel Arnaud-Beltrame accueille une œuvre en sa mémoire. Ne salissons pas les héros de notre République ».