Plus de 25 000 abonnés à nos newsletters !

Christian Verdun gagne un procès contre un collège qui avait détruit une de ses œuvres

- Partenaires -


Lot/Ariège: l’artiste Christian Verdun (Arcambal, Lot) gagne son procès contre le collège de Lavelanet (09) qui avait détruit une de ses œuvres

crédit Christian Verdun

A l’automne 2020, l’artiste Christian Verdun, installé à Arcambal (Lot), décide de porter plainte contre le Département de l’Ariège, responsable des collèges sur son territoire.
Motif: la destruction d’une mosaïque de 30 m² que l’artiste avait réalisée en 1970 dans l’entrée du collège Victor Hugo de Lavelanet, dans le cadre du 1% artistique.

Deux ans plus tard, l’artiste vient d’apprendre qu’il a gagné ce procès. “J’ai été indemnisé pour atteinte au droit d’auteur et remboursé de mes frais d’avocat, précise-t-il. Je me suis aperçu lors des argumentations des uns et des autres que les cas de jurisprudence comptaient beaucoup. Celui-ci s’ajoutera à la jurisprudence. Donc, c’est intéressant pour mes confrères et consœurs de le faire savoir“.

L’histoire d’un artiste qui tient bon:
En 2013, des travaux sont réalisés au collège de Lavelanet pour agrandir l’entrée de l’établissement, et ces travaux entraînent la disparition de la mosaïque réalisée par Christian Verdun sans que celui-ci en soit averti. L’artiste avait découvert deux ans plus tard, par hasard, la disparition de son œuvre en passant à Lavelanet.

L’artiste contacte alors l’Adagp qui lui affirme ne rien pouvoir faire. Puis un chargé de mission de la Région Occitanie, chargé du recensement des œuvres du 1% téléphone à l’artiste pour qu’il confirme l’existence de cette œuvre. “Je lui apprends sa destruction sans indemnité ni information. Il prend note mais à son tour, il pense ne rien pouvoir faire”.
Son avocate intervient alors auprès du Département de l’Ariège mais comme le Département ne donne pas de réponse, l’artiste se décide finalement à porter plainte. 

L’entrée refaite après la destruction de la mosaïque
  • Depuis sa mise en place en 1951, le 1% artistique a permis de financer environ 12 300 œuvres, mais toutes ne sont pas recensées, et parmi celles qui le sont, elles ne sont pas toutes protégées, voire valorisées.

 



Articles associés

Affiner vos résultats

- Partenaires -