Plus de 25 000 abonnés à nos newsletters !

A Toulouse, Le Nouveau Printemps  2024 est confié à l’écrivain et cinéaste Alain Guiraudie

- Partenaires -

A Toulouse, Le Nouveau Printemps  2024 est confié à l’écrivain et cinéaste Alain Guiraudie

A Toulouse, le festival Le Nouveau printemps invite pour sa deuxième édition l’auteur et cinéaste Alain Guiraudie à imaginer la programmation.

Le Festival se tiendra du 30 mai au 30 juin 2024 et investira l’espace public dans le quartier des Carmes.

Il succède à la designeuse Matali Crasset, qui avait été l’artiste associée pour la première édition en 2023.

Alain Guiraudie explique sa démarche sur le site du Nouveau Printemps:

“Le monde contemporain est à la fois certain et incertain. On est tous à peu près sûrs de courir à la catastrophe mais on veut tous bien croire que ça va s’arranger. Est-ce que le monde d’aujourd’hui avec son avancée frénétique est porteur de promesse ? Ou est-ce qu’on est en train de vivre nos dernières heures ? On imagine qu’à toutes les époques les humains ont envisagé l’avenir entre promesse et inquiétude, on a toujours plus ou moins envisagé notre futur entre utopie et dystopie, entre enfer et paradis, entre horreur et bonheur. Et qui sait si un jour futur, les pires horreurs urbaines ne seront pas admirées par nos descendants. Peut-être diront-ils : ‘À l’époque, on savait encore faire de belles choses.’

Je pense orienter l’édition du Nouveau Printemps 2024 autour de ces dialectiques-là. Après la simple représentation du monde, c’est un enjeu de longue date dans l’art de faire se rencontrer l’idéal et le réel, le mythique et le prosaïque, le rêve et la réalité, de les faire même se télescoper. Et au-delà de ça, c’est aussi un enjeu majeur que d’aller chercher la beauté là où elle n’est pas, d’aller créer des objets de désirs là où on n’aurait pas cru. L’art, du moins celui qui m’intéresse, cherche à remettre en question les codes en vigueur, renouveler l’idée du beau, ou à brouiller les frontières entre le beau et le laid.

Pour l’heure, j’ai invité des artistes, plutôt jeunes en règle générale, qui ont pour la plupart un regard tourné vers l’avenir, utilisant des nouvelles technologies, jouant avec elles, mélangeant dans leurs installations des matières et des objets vulgaires ou plus nobles, pour les assembler dans un projet esthétique. Certains se situent aux frontières de l’art, se nourrissant à la fois de science et de spiritualité pour leurs créations. Je pense aussi à des artistes qui sont tournés vers des utopies fanées, des mondes prometteurs à leur époque et qui sont soit tombés en ruines, soit des univers idylliques qui contiennent leur part inquiétante”.

  • Né en 1964 en Aveyron, Alain Guiraudie grandi à Bournazel, un village où ses parents étaient agriculteurs. Après le lycée, il fait de rapides études d’Histoire à Montpellier qu’il arrête pour travailler et écrire des romans qui ne seront pas publiés.
    Mais comme j’avais surtout envie de faire des films, j’ai réalisé un premier court métrage, Les héros sont immortels, en 1990 puis un second puis un troisième. Ce qui m’a conduit à réaliser les films plus longs qu’on désigne par le terme de moyens-métrages : Du soleil pour les gueux en 2000 et Ce vieux rêve qui bouge en 2001.
    J’ai depuis réalisé six longs-métrages, parmi lesquels L’Inconnu du lac et Rester vertical.Le dernier, Viens je t’emmène est sorti en mars 2022. J’ai enfin publié deux romans aux éditions P.O.L : Ici commence la nuit en 2014 et Rabalaïre en 2021.
    En 2019, à la faveur d’un séjour au Fresnoy comme artiste invité, je me suis remis à la photo, j’ai exposé pour la première fois dans le cadre de Panorama 2019. En 2023, j’ai exposé à la galerie Crèvecoeur, à Paris, chez Buchholz, à Berlin et au Consortium à Dijon dans le cadre de l’Almanach. Je ne suis toujours pas marié, je n’ai pas d’enfant et je n’habite plus dans l’Aveyron“.

 

 



Articles associés

Affiner vos résultats

- Partenaires -