Cosa – Nouvelle exposition des collections

Informations
Expos-Conférences

Cosa - Nouvelle exposition des collections



 Sérignan

Du 27 janvier 2024 au 5 janvier 2025

Vernissage le 27 janvier 2024
18h30 – 18h30


Cosa – Nouvelle exposition des collections

 

Œuvres de la collection du Musée régional d’art contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée (Mrac) en dialogue avec les œuvres du Centre national des arts plastiques (Cnap).

Avec des œuvres de : Marion Baruch, Vincent Bioulès, Daniel Buren, Io Burgard, François Daireaux, Erik Dietman, Valérie du Chéné, Nathalie Du Pasquier, Erró, Stephen Felton, Hippolyte Hentgen, Lina Jabbour, Katinka Lampe, Pierre Leguillon, Audrey Martin, Allan McCollum, Vera Molnár, Nicolas Momein, Jacques Monory, Shana Moulton, Tania Mouraud, Steven Parrino, Raymond Pettibon, Nicolas Roggy, The Play, Lucille Uhlrich, Claude Viallat.

Commissariat : Clément Nouet

Le Musée régional d’art contemporain Occitanie à Sérignan dévoile la nouvelle présentation de ses collections.

Comme chaque année, c’est l’occasion pour le Mrac de renouveler entièrement son accrochage pour proposer une nouvelle variation à partir de son fonds aujourd’hui constitué de plus de 560 œuvres. Les dernières acquisitions sont dévoilées à travers un parcours qui s’éloigne des rapprochements traditionnels et offre un dialogue entre des œuvres d’artistes de générations différentes pour permettre un nouveau regard sur les collections du musée. L’accrochage ne répond pas à des données chronologiques mais propose des rapprochements formels, stylistiques ou esthétiques avec une diversité d’œuvres (peintures, dessins, photographies, sculptures, installations…), permettant de découvrir des artistes phares de la scène contemporaine.

Chaque salle du musée a été imaginée en faisant dialoguer des acquisitions récentes avec la collection historique du Mrac et une sélection des 170 œuvres de la collection du Fonds national d’art contemporain en dépôt au musée et en partie renouvelée au cours de l’année 2023.

Le titre de cette nouvelle exposition de collection intitulée Cosa est emprunté au titre de l’une des oeuvres, présentée au Mrac, du peintre new-yorkais Steven Parrino.
Steven Parrino, artiste américain né en 1958 à New-York, décédé en 2005, « est emblématique de ces plasticiens qui ont profondément renouvelé la pratique artistique des décennies quatre-vingt, quatre-vingt-dix et deux-mille, refusant la distinction entre culture élitiste et populaire et mêlant leur propre pratique artistique à leur usage quotidien des cultures mainstream urbaines marquées tant par le graffiti, l’imaginaire visuel et télévisuel hollywoodien et la nouvelle culture des networks modernes (dont MTV sera l’emblème) que par les musiques post-punk, no-wave, gothiques et post-rock.
La performance corporelle, le dessin, le cinéma ou la vidéo expérimentale, la photographie, le collage mais aussi et surtout la musique et la peinture furent donc pour Steven Parrino une pratique quotidienne dans son art et sa vie » (Xavier-Philippe Guiochon).

Dans le sillage de la réflexion amenée par l’oeuvre de Steven Parrino, l’exposition se propose d’engager un dialogue sur le statut des images, leur migration d’un champ à un autre et les rapports féconds que la peinture entretient avec d’autres médiums. En effet, depuis sa création, la collection du Mrac s’est principalement constituée autour des problématiques de la peinture et de ses enjeux et l’exposition « Cosa » entend faire largement état de cette préoccupation et des multiples façons dont les artistes réinvestissent ces questions. Beaucoup témoignent ainsi, directement ou indirectement, de préoccupations propres à l’art pictural comme le geste, la matière, le support,
l’espace, le lien à l’histoire de l’art, le rapport entre abstraction et figuration ou entre l’art et la vie. Dans quelle mesure et pour quels effets les artistes investissent-ils la peinture, ses codes, ses techniques, son imaginaire et son histoire ?

De nombreux autres artistes de l’exposition investissent d’autres champs que la peinture, comme la vidéo, le collage, ou encore l’installation, mais il ne sera pas interdit de penser que le titre de l’exposition évoque aussi explicitement la définition du grand maître italien de la Renaissance Léonard de Vinci : l’art est « cosa mentale ». Issu d’abord de l’esprit, le geste, les recherches, les formes suivent, dans un mouvement à la fois mental et physique. L’exposition propose ainsi de relire l’aventure récente de l’art à partir de la fascination des artistes pour une transmission directe de la pensée et des émotions pour inventer une nouvelle relation, immédiate, entre l’artiste et le spectateur. Les œuvres proposent donc un mode de pensée singulier exprimé par le visuel et la matière, qui interpelle d’une façon particulière le regard mais aussi le corps de celle ou de celui qui les regarde.
Sans donner de réponses, cette nouvelle exposition des collections invite à regarder le monde d’une autre façon, à travers un voyage dans des mondes en tourmente qui n’ont pas fini de nous interpeller.

À l’occasion de l’exposition Cosa , l’artiste Pierre Leguillon présente Projecteur , une installation inédite dans Cabina de Nathalie Du Pasquier.
En 2015, lors de son exposition personnelle au Mrac, Le Musée des Erreurs : Barnum , Pierre Leguillon avait invité Nathalie Du Pasquier à intervenir dans son Teatrino Palermo (2009). Aujourd’hui, il intervient à son tour dans Cabina de Nathalie Du Pasquier, installée au sein des collections permanentes.
Pierre Leguillon présente des collections d’images, toutes cousues sur des tissus
imprimés qui rappellent les compositions de peintures abstraites géométriques. Il s’agit de clichés publicitaires, de photographies d’exploitation destinées à la promotion d’un film, des images qui n’ont plus rien à vendre et qui sont recyclées comme sur un patchwork, ou un écran que l’on déploie.
Le Musée des Erreur s, créé par l’artiste en 2013 à Bruxelles, conserve ainsi des images sans grande valeur, des rebuts de l’industrie culturelle et de la société de consommation. Ces images, héritées de l’ère analogique, nous raconte une histoire des supports et des canaux de diffusion avant l’âge du tout-numérique, mais offre aussi une batterie de stéréotypes durables qui sont encore légion sur nos écrans de smartphones.
Pierre Leguillon propose dans Cabina un musée portatif, ambulant et autonome, à l’échelle 1:1. Chaque pan de tissu est un espace de diffusion aussi compact et réaliste que la « Galerie légitime » logée dans le chapeau de Robert Filliou, ou la barre de bois rond que portait avec lui André Cadere. La Pergola (2015), oeuvre de l’artiste qui fait partie des collections du Mrac, est justement présentée roulée au sol, comme un tapis enroulé, ou encore comme un long bâton – de la peinture en réserve en quelque sorte.


Infos pratiques
MRAC

146 avenue de la plage 34410 Sérignan

Evènement Payant
Non