DUPRAT Hubert

    Discipline(s)
    Plasticien/ne
    Informations de contact
    Mr. Hubert DUPRAT

    Département
    Adresse
    30190 Sauzet
    Mon Histoire

    Article réalisé sur la base du communiqué de presse de l’exposition Hubert Duprat, Musée d’art moderne de Paris, 8 septembre 2020 – 10 janvier 2021

    Hubert Duprat, né en 1957, développe depuis bientôt quarante ans une pratique à la manière d’un chercheur, plus doué pour la traque que pour la capture selon ses propres mots.
    Sa création, aussi ouverte que labyrintique, fédère le monumental et la miniature, les lignes épurées et une virtuosité maniériste. Protéiforme, exigeante et complexe, l’œuvre d’Hubert Duprat s’inspire de la découverte d’objets, de vestiges ou de textes.
    L’artiste puise indifféremment dans la nature ou dans la manufacture des étrangetés minérales (pyrite, calcite, ulexite..), végétales (ambre), animales (corail) ou des matériaux industriels courants (polystyrène, béton, paraffine, pâte à modeler…).
    Les procédés, déplacés de leur domaine d’origine, proviennent en grande partie de l’artisanat comme la marqueterie, l’orfèvrerie, la tapisserie d’ameublement, mais également des arts populaires à l’exemple de l’art filaire.
    La création d’Hubert Duprat s’appuie sur des artefacts, des objets de savoir issus de domaines aussi divers que les premières industries lithiques, les ruines antiques, le religieux ou le décoratif des XVIème et XVIIème siècles.

    LE TRAVAIL LE PLUS CONNU DE L’ARTISTE
    L’activité des larves de Trichoptères inspire à Hubert Duprat dès ses débuts une œuvre fondatrice. Observant les modes de construction de l’insecte qui bâtit un cocon avec des éléments prélevés dans son milieu aquatique, l’artiste pourvoit l’animal de paillettes d’or et de perles et lui délègue l’exécution d’étuis délicats.
    Les larves de Trichoptères s’emparent des matériaux précieux que l’artiste a déposés dans l’aquarium. Pour fabriquer leur étui, ces insectes procèdent à un assemblage grâce à la sécrétion
    d’une substance collante à la manière des vers à soie.
    Le mode de délégation prend différentes formes relevant davantage de l’expérimentation que d’un protocole spécifique : parfois fils d’or et perles sont déposés conjointement, parfois ils sont transmis à des moments différents, permettant ainsi à l’artiste de diriger la fabrication et l’apparence du fourreau.

    L’INSPIRATION PAR LA NATURE OU L’OBJET
    Certaines œuvres voient leur mode de fabrication explicitement identifié grâce à leur titre, à l’instar d’une roche brisée puis reconstituée (Cassé-Collé) ou d’un tronc intégralement tapissé de clous en laiton (Coupé-Cloué), donnant à penser que leur réalisation repose sur des gestes en apparence simples et répétitifs.
    L’apparente facilité de production n’exclut pas la précision et la complexité de réalisation que l’artiste confie aux meilleurs artisans. Il en va ainsi de l’agencement, tout en équilibre, des cristaux de calcite et de pyrite, ou de l’ajointement de plaquettes d’os de bovin qui recouvrent, tout en les reliant, branches et troncs d’arbre, selon le procédé du greffage botanique (À la fois, la racine et le fruit).
    C’est aussi le cas des monumentaux Entrelacs en cuivre qui reproduisent minutieusement une ligne librement tracée. De la même façon, Duprat s’en remet aux caractéristiques intrinsèques des matériaux, comme les magnétites dont l’agencement s’établit selon la logique d’aimantation des différents éléments entre eux.

    DE LA MATIERE A L’OUTIL
    De son passé d’archéologue amateur, l’artiste a conservé un intérêt pour l’Antiquité et les vestiges. Il a parcouru les routes de la Méditerranée sur les traces de sites antiques, et a notamment gardé le souvenir d’une statuette découverte au Musée archéologique de Volos en Thessalie (Grèce). Constituée d’un pain d’argile fraîche – dans de nombreux mythes de la création, le corps humain est modelé dans la glaise – et d’une hache polie, elle occupe une place à part dans la production d’Hubert Duprat en raison de ses lignes anthropomorphiques. Œuvre à multiples entrées, elle incarne un alpha et un omega : de la matière à l’outil – fonctionnel, rituel – dessinant à travers l’artefact un portrait de l’humanité.

    Galerie virtuelle