DOUSSE Jean-François

    Discipline(s)
    Dessinateur/trice, Peintre
    Informations de contact
    Mr. Jean-François Dousse
    Téléphone

    Département
    Adresse
    48 avenue de Narbonne 11130 Sigean
    Statut
    Autre
    Mon Histoire

    Il y a si longtemps que je peins « abstrait » et si longtemps que je dessine « figuratif » et surtout la figure, ce visage humain, alors pourquoi pas mélanger tout ça. Il était temps de tremper le pinceau dans cette nature visible, reconnaissable, mais sans pudeur pour cette violence, cette agressivité tellement humaine, féroce et guerrière, naturelle en un mot.

    J’aime quand les lignes griffent, s’agitent inconsidérément, que les couleurs s’entrechoquent, explosent, éclaboussent. Je crains la perfection, la pureté et l’harmonie: elles me font peur, et même l’achevé, le fini. Je me plais dans ce qui fait défaut, ce qui est à côté, décalé, inachevé.
    Il faut qu’une peinture grince pour me satisfaire, qu’un dessin laisse trembler sa ligne librement, sauvagement, avec même des ruptures incertaines. Ces maladresses sont comme les traces laissées par l’usure du temps, elles ressemblent étrangement aux paysages d’une vie. Rien n’est figé dans l’immobilité, tout est dans le mouvement incessant.

    Peindre, c’est ouvrir une porte et découvrir sur le palier un inconnu que l’on a évidemment jamais vu et pourtant dans le même temps, être sûr de le connaître tellement qu’il est déjà un intime.

    Quant à ma vie professionnelle, formation à l’école des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand, Professeurs de dessin quelques années, création d’un studio de créations graphiques et maintenant à la retraite j’expose peu, je vends très peu mais je dessine et peins beaucoup.
    Que dire d’autre?
    Que je m’ennuie dans les expositions dites d’art contemporain,
    que j’aime lire Faulkner, Simenon et cette vieille pourriture de Céline, je n’aime pas les rayures de Buren, mais j’aime tellement les griffures de de Kooning, les silences vert bouteille de Braque, l’Aubrac, le causse Méjean, l’étang de Sigean, Port Mahon et tellement d’autres choses encore.
    Bien sûr que je suis pour l’émotion contre le concept, la peinture ne s’explique par les mots mais par la peinture.
    Je ne sais pas décrire mon travail, puis je n’en ai pas envie, je le montre quand je veux bien, à l’autre, le regardeur d’en faire ce qu’il veut.

    Atelier ouvert au public
    Oui
    Galerie virtuelle