ALQUIER Alain

    Discipline(s)
    Peintre
    Informations de contact
    M. Alain Alquier
    Téléphone

    Département
    Adresse
    32290 Pouydraguin
    Mon Histoire

    Une peinture qui ne se livre pas au premier regard

    Sur un fond gris nuancé des traits incisifs au fusain ou au pastel, dialoguent avec peu de couleur.. un graphisme nerveux, précis, confirme déjà le devenir de la toile. Les lignes s’entremêlent et se glissent sous des surfaces de couleur transparentes et lumineuses aux tons mesurés, et les enlacent ; des corps de femme imprécis émergent dans la lenteur du regard, ils sont fluides, impalpables, en souffrance, arrêtés dans leur chute.

    “Il faut prendre le temps de la découverte. Je souhaite que le regard s’arrête et aille chercher ce qui est évoqué, mais pas figuré ni représenté. J’accorde une grande importance à cette complexité dans la lecture”, précise Alain Alquier. Le corps apparaît dans toute sa fragilité: “Il ne se révèle pas au premier regard, un corps en suspension, noué, tendu, tordu, dans une besoin d’élévation, de tendre vers la lumière au travers d’une danse de l’humilité face à la force de la nature”, analyse quant à lui le galeriste Johan Demessine.

    “J’exprime ce que je suis et ce que je ressens, précise Alain Alquier : la fragilité de la vie. La vie est dure, même s’il y a de merveilleux moments. J’exprime cela. Mes corps sont en suspension. Soit ils essaient de s’élever, d’aller vers le ciel, même si on n’y croit pas! Soit ils tombent, ils chutent”.
    Voilà donc comment, sur une même surface, cohabitent deux motifs et deux traitements: d’une part, des graphismes noirs gras et appuyés, qui évoquent de manière affirmée des éléments naturels, réminiscence d’un motif ancien (de la série « Bois de Vie » liée au cep de vigne), de l’autre, des glacis colorés, des effets de transparence dans lesquels se devine un corps féminin sur un fond gris. « Par sa neutralité, il ne situe pas le motif. Il me permet de travailler la couleur pour elle même, qui reste sobre et localisée et d’avoir une transparence. Il laisse un espace qui finalement est plus large et plus grand que la toile”.

    Le travail actuel est le fruit d’une lente réflexion où petit à petit, le peintre s’est éloigné du motif initial du cep de vigne, en introduisant le corps féminin, autre perception du bois de vie Le désir d’aller vers l’essentiel lui ouvre de nouveaux horizons.
    “Ce qui m’intéresse dans la peinture, c’est qu’elle puisse m’étonner quand elle est finie ; que je puisse y découvrir de nouvelles lectures. Si j’y parviens, cela devrait aussi être le cas pour tous ceux qui vont la regarder”.

    BIO
    Diplômé des Beaux-Arts de Toulouse, Alain Alquier devient photographe professionnel tout en peignant en parallèle. Il expose ses photos jusque dans les années 80/90, avant de commencer à montrer sa peinture. D’abord dans des salons nationaux puis dans les musées et centres d’Art en France et à l’étranger.
    2004 et 2010: expositions à l’Abbaye de Flaran (Gers), toutes deux accompagnées de catalogues.
    2016: exposition au Centre d’art de la Matmut à St Pierre-de-Varengeville (Normandie), accompagnée d’une monographie. Il réalise pour la chapelle du centre d’Art 16 vitraux qui font suite aux deux déjà réalisés dans l’église de Pouydraguin.
    Alain Alquier est également cofondateur d’une galerie d’art contemporain en milieu rural à vocation pédagogique, la galerie bleue” au collège Val d’Adour de Riscle. Soixante expositions en vingt ans d’existence.

    Expositions, Galeries, Musées ...
    Expositions(s) personnelle(s)
    Abbaye de Flaran; centre d'art de la MatMut, St Pierre de Varengeville; etc
    Atelier ouvert au public
    Oui
    Adresse de l'atelier

    Atelier Midi-Minuit
    Marrigue
    32290 Pouydraguin

    VISITE SUR RENDEZ-VOUS

    Entretien - Rencontres Artistes d'Occitanie
    Lien vers l'article
    Galerie virtuelle