Métamorphose, la photographie en France, 1968-1989

Informations
Expos-Conférences

Métamorphose, la photographie en France, 1968-1989



 Montpellier

Du 28 octobre 2022 au 14 janvier 2023

Vernissage le 27 octobre 2022
18h30 – 18h30


Métamorphose, la photographie en France, 1968-1989

 

En 240 œuvres issues d’une quarantaine de collections de toute la France – Fonds Régionaux d’Art Contemporain, musées nationaux et de région, galeries d’art, ateliers d’artistes et collections privées –, l’exposition brosse l’histoire d’une génération qui a fait de la photographie un enjeu majeur de l’histoire culturelle française.
C’est rien de moins qu’une révolution qui se trouve mise en images aux murs du Pavillon Populaire de Montpellier, à travers les chefs d’œuvre d’une soixantaine d’artistes qui ont véritablement marqué leur époque, dont ORLAN, Alain Bublex, Sophie Calle, Jean-Marc Bustamante, Denis Roche, Sarah Moon, Pierre & Gilles, Yan Morvan, Bettina Rheims, Sebastião Salgado, ou encore Guy Bourdin, ne sont que les plus célèbres.
Les formats explosent, la couleur s’impose, l’esthétique devient la préoccupation première, et la photographie conquiert son autonomie au même titre que le théâtre, la littérature ou le cinéma. Le pays de l’invention de la photographie connaît ainsi la métamorphose d’un métier en un moyen d’expression à part entière et une pratique artistique reconnue dans le champ de l’art contemporain.

 

Texte d’intention de Michel Poivert, commissaire de l’exposition

Conçue en France comme un métier, un loisir ou plus rarement un art, la photographie se trouve érigée en fait culturel majeur en moins d’une génération. Alors que le reportage s’était imposé comme son grand repère, elle ne trouve désormais plus dans la presse son seul lieu d’expression. La photographie en France connaît une métamorphose.

Ce sera désormais l’aventure des auteurs, et la quête de modèles plus littéraires et artistiques – ce qui n’empêche pas l’engagement social ou politique. La photographie aspire dès lors à devenir un moyen d’expression à part entière. Après la page du journal, c’est la cimaise du musée ou la page du livre d’artiste, qui forge sa légitimité.

Pour relever le défi de la création, les photographes français réinventent l’idée même de photographie, changent de format comme de sujet.
Le modèle de la photographie américaine s’impose, comme dans la musique ou le cinéma. Mais cette « influence » rencontre un milieu de la photographie en pleine réflexion. Ce que l’on appellera plus tard la ‘french théorie’ (philosophie, sciences humaines et du langage) enrichit les débats et inspire les photographes.
Entre la fin des années 1960 et celle des années 1980 – symboliquement entre deux moments historiques, Mai 68 et la chute du mur de Berlin –, la photographie ne ressemble plus à celle, dite humaniste, que l’on voyait jusqu’alors en France.
À la fois plus subjectives et plus intellectuelles, les années 1970-1980 sont celles d’une génération qui voit l’entrée de la photographie dans l’art contemporain. Les formats explosent, la couleur s’impose, l’esthétique devient la préoccupation première. Les institutions naissent, à l’instar du Centre national de la photographie : celle-ci a conquis son autonomie, au même titre que le théâtre, la littérature ou le cinéma. Mais elle reste le grand médium du réel. Les photographes mènent une action déterminée pour représenter un pays qui sort peu à peu des Trente Glorieuses et affronte le temps des crises économiques.

À cette époque où la photographie doit gagner sa légitimité, chaque œuvre devient un manifeste : plus qu’une image, la photographie est devenue une culture.


Infos pratiques
Pavillon Populaire

Esplanade Charles-de-Gaulle 34000 Montpellier

Pavillon Populaire
Esplanade Charles de Gaulle

34 000 Montpellier

Evènement Payant
Non


    Galerie Photos