Dans les forêts disparues du monde

Informations
Expos-Conférences

Dans les forêts disparues du monde



 CAJARC

Du 2 juillet 2022 au 3 septembre 2022


Antoine Chapon, Core.Pan, Gaëlle Leenhardt, Sybil Montet, Luca Vanello, Dans les forêts disparues du monde

 

« Nous restons vifs et alertes dans les forêts disparues du monde. »
Edward O. Wilson

Edward O. Wilson, biologiste américain propagateur du concept de biodiversité, évoque avec poésie le paradoxe qui est le nôtre aujourd’hui. À l’heure où tant de paysages naturels tendent à disparaître, l’espèce humaine, dans un élan vital, déploie une énergie toujours grandissante à préserver ce qui peut l’être encore, à archiver ce qui demain ne sera plus. De nombreux artistes se font aujourd’hui l’écho de ce mouvement, mettant en œuvre des processus de collecte, de préservation, d’archivage, voire de recréation par des moyens artificiels, de la nature.

Les quatre artistes de cette exposition, qu’il·elle·s s’intéressent  directement ou non au sujet de l’anthropocène, contribuent de cet élan.
Gaëlle Leenhardt s’inspire, à travers la sculpture et la photographie argentique, des processus de sédimentation et de fossilisation à l’œuvre dans le paysage, traces du vivant immortalisées pour l’éternité.
Dans un film d’Antoine Chapon, un ex-militaire soigne un stress posttraumatique en générant des paysages naturels dans un moteur de jeu vidéo  utilisé pour les simulations de combat.
Luca Vanello crée des agencements de plantes fantomatiques, figées entre la vie et la mort par un processus chimique méticuleux.
Enfin, Sybil Montet met en scène, par la vidéo et la sculpture 3D, des paysages en voie de dissolution, comme des souvenirs déjà disparus.

Associant matières organiques et technologies numériques, ces artistes traduisent avec acuité les modalités contemporaines de notre relation au vivant et à son évolution.
Il·elle·s rendent sensibles le sentiment de dynatalgie (du grec dynaton, le possible). Forgé par la philosophe Vinciane Despret, ce néologisme traduit un affect largement répandu aujourd’hui, la nostalgie des possibles, une mélancolie de ce qui aurait pu être et ne sera pas, dans les forêts disparues du monde.


Infos pratiques
MAISON DES ARTS GEORGES & CLAUDE POMPIDOU CENTRE D’ART CONTEMPORAIN

134 AVENUE GERMAIN CANET 46160 CAJARC

Evènement Payant
Non