Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Risque d’exposition: un art écologique…

2 juillet au 25 juillet



Risque d’exposition: un art écologique…

 

Vernissage 2 juillet, 19h

Avec Ursula Caruel, Ghyslain Bertholon, Emma Picard et Nicolas Rubinstein.

Organisé par Fabrice Delprat.

Le « green » est-il le nouveau mot d’ordre de l’art ? En réponse à un modernisme formel, la question de la nature a bruyamment surgi.  
À l’ère de l’anthropocène (ère où les effets de l’activité humaine affectent visiblement et durablement notre planète), plusieurs créateurs, conscients de l’urgence d’une réplique ‘verte’, s’engagent et instituent de nouvelles normes d’expression, d’essence écologique.
Adaptées aux exigences du développement durable, ces œuvres plasticiennes éprises d’écologie adoptent des formes inusitées : travail dans et avec la nature, pratique du recyclage, création collaborative et poétique de la responsabilité… Pour changer les mentalités, pour réparer, agir, s’investir:

Qu’il s’agisse de préoccupations animalières comme chez Ghyslain Bertholon sensibilisant sur l’absurdité des comportements humains, invitant à observer sous un angle différent les rapports que l’on entretient avec les autres, la nature, soi-même. Un pied de nez drôle et puissant à ceux qui entendent abuser de dame Nature.

Ursula Caruel a choisi d’œuvrer dans le paysage afin de trouver un espace neuf de création et de réaliser des œuvres avec la nature ; graminées, feuilles, branchages emplis de poésie. L’artiste dévoile ainsi à chaque visiteur, avec douceur et bienveillance, une richesse du vivant fragile et essentielle

Ces artistes témoignent, in vivo, de l’action qui se joue entre eux et la nature, à la manière d’Emma Picard, qui collabore avec des abeilles venant créer des alvéoles de cire sur ses dessins au jus de citron. Cette plasticienne est attachée à une pratique et l’usage de médiums écoresponsables.

L’homo sapiens est également homo demens : il ruine ce qu’il a patiemment construit. Dans ce sillon sont présentées les œuvres de Nicolas Rubinstein, meurtri dès son enfance par les premières pollutions pétrolières de grande ampleur. Sensible à la pollution marine, son installation sera une puissante invitation à penser le moment du débordement et de changement d’habitude.

L’éthique est donc devenue « le nouveau carburant de la création plasticienne de nature écologique »

Artistes invités, Vincent Mouls et Olivier Toma nous proposent chacun une œuvre. Le premier a créé une sculpture à visée participative, avec des déchets marins collectés sur les plages du littoral biterrois par l’association Project Rescue Ocean. Le second, très engagé via sa société Primum non nocere donne à voir un tableau en matériaux de récupération. Dans leur cas, l’éco-art valorise la responsabilité tout en se plaçant sur fond d’éthique partagée.

Comme l’écrit Paul Ardenne, une « éco-œuvre » est « réussie quand l’œuvre, qui ne peut s’incarner dans des formes plasticiennes traditionnelles, déclenche chez les spectateurs le désir d’agir, de participer, de nettoyer, de dépolluer, d’aider ».

Détails

Début :
2 juillet
Fin :
25 juillet
Catégories d’évènement:
, , ,

Lieu

Palais épiscopal
Béziers, 34500 France + Google Map

Autres

Date
2 juillet
Heure
19h.