Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Mathilde Poulanges, Ex-libris

5 mars 2019 au 12 avril 2019

Mathilde Poulanges, Ex-libris

 

Mathilde Poulanges, embaumeuse de livres.
La démarche de Mathilde Poulanges est celle d’une poésie de proximité qui viendrait vous caresser le regard et le coeur au détour d’une rue. Elle ne cherche pas à dénoncer, à salir ou à déranger mais plutôt à ravir, à apaiser, à suspendre. Elle a déposé les armes, rangé la rage au vestiaire et métronomisé sa colère dans la répétition du geste. C’est dans la persévérance qu’elle trouve aujourd’hui le sens de sa création.

Cette épuration esthétique correspond au dépouillement des artifices de sa personnalité en faveur des couches plus intuitives de son être. Et à la simple réalité qui est la sienne : elle n’est personne, elle n’inventerait rien, elle demeurerait anonyme… Et pourtant elle crée, elle occupe et elle avance. Ainsi, dans cette lucidité, elle assume son esthétisme et son inutilité.

Artiste libre, elle s’est octroyée le triple A : Autonome, Autodidacte, Autofinancée. La place qu’elle occupe dans l’univers physique lui a été donnée et elle en revendique le volume, les connections neuronales et les choix.

Cependant, dans l’acte de peindre par exemple, c’est sa disponibilité à l’impulsion qui dirige son pinceau. Pas de préméditation. Plutôt une lecture colorée à postériori de l’expression qui la traversât. Le Chiyogami (nom japonais désignant les différentes techniques de façonnage du papier) lui permet d’exulter ses tocs de propreté et de précision. De maniaque, elle devînt appliquée.
Callibouillages, des gestes impulsifs tracent en noir la calligraphie de son âme.

 

Embaumeuse de livres

Une proposition esthétique calme pour un acte subversif. Oints de verre liquide, poudrés de silice, fardés d’oxydes naturels, parés d’or ou de cuivre, lentement, elle apprête les livres abandonnés pour leur crémation.
Et étrangement, le fruit de l’accouplement improbable de ces ennemis ancestraux ressemble à de l’écorce.
Expression du désir profond des livres de retourner à la forêt originelle ou tour de magie qui engage le feu à leur donner ce qu’il vole aux arbres ?
Son travail prend la forme d’une archéologie du futur. Il soulève autant la question de l’illusion (ce que l’on voit, ce que l’on interprète, ce qui est) que celle du renouvellement circulaire de la matière.

Allégorie de l’impossible retour et ode à la nature sauvage, cette troublante matière interroge le spectateur sur son propre rapport aux livres et à leur destruction. L’étonnante métamorphose des livres en écorces offre l’espoir d’une émouvante transcendance.

Détails

Début :
5 mars 2019
Fin :
12 avril 2019
Catégories d’évènement:
, , , , ,

Lieu

galerie d’art Castelsarrasin
46 rue de la révolution
Castelsarrasin, 82100
+ Google Map
Téléphone :
0563327810