Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Juliette Lemontey

8 octobre au 20 décembre

Juliette Lemontey

 

Juliette Lemontey, née en 1975, vit et travaille à Paris. Son univers artistique est un véritable coup de coeur à découvrir. pour se laisser emporter par la liberté de son trait, deviner et incarner les émotions de ses visages, être touchés par ses impressions poétiques.
Clara Pagnussatt, critique d’art et commissaire d’expositions, pose son regard sur l’exposition :
A drap le corps
Le point de départ est double. Une photographie, un instant capturé. Un drap, surface qui recueille l’instant.
L’instant est furtif. Une tête se retourne, décline ; des cheveux glissent sur les côtés, surgit une nuque, passe une main. Il y a là « l’épure de la genèse[1]d’une histoire », sans que l’on puisse savoir si les mains sur le visage cachent des larmes, abritent une méditation ou recueillent le sommeil ; si la tête ploie sous le poids d’une peine ou tend la nuque pour recevoir un baiser ; si la confidence commence ou vient d’être dite. Le geste demeure coincé dans sa polysémie et son sens est retenu par l’effacement de l’expression sur le visage. La peinture ne nous impose rien. Dans ce silence résonnent de bruits amortis, le froissement d’une étoffe où s’allonge un corps, l’effleurement de la peau par les lèvres, l’écho imperceptible du murmure au creux de l’oreille.
Juliette Lemontey peint sur des draps glanés, apportés par des proches, comme autant de passeurs, autant de mains à l’œuvre. C’est là que va sourdre le corps, dans l’espace, vierge en apparence, de la toile qui a vécu. Paradoxalement, l’apparition du corps intervient alors que disparaît le visage. Il nous tourne le dos, se cache ou s’efface. Devant le visage dépourvu de ses composants, la perception lâche prise et le spectateur se trouve face à ce qui est « spécifiquement visage », avec « ce qui ne s’y réduit pas »[2]. Il n’est plus que peau, dans toute sa nudité, dans cette « pauvreté essentielle »[3] où se joue l’expérience de l’altérité. Spontanément, le spectateur est mis face à un défi, celui de dessiner une expression dans le vide, « cette matière de la possibilité d’être »[4]. Le visage vide est un miroir prêt à accueillir le propre reflet du visage qui le regarde. L’assentiment, la joie, le désir, la tristesse, la terreur ou l’incompréhension, ne sont-ils pas suscités par la parole, le geste ou le regard en vis-à-vis ? Et l’interrogation sur la physionomie absente de se tourner en questionnement sur notre propre attitude face à autrui.
À l’image de ce dénuement, le drap est le lieu du pur abandon. Il enveloppe le corps livré au sommeil, à l’amour, à la maladie. Lorsque la peinture ne cherche pas à être virtuose l’accident peut devenir un élément vertueux. Ainsi, les traces anciennes sont conservées dans le drap. De même, l’acte de peinture se veut irrévocable : ce qui a été fait est fait. Juliette Lemontey ne remplace pas l’erreur mais la replace. La toile ratée sera retournée, laissant transparaître la peinture noire comme une ombre sur le dos d’un confident ; ou bien elle sera découpée, en morceaux collés sur une autre toile ou en silhouettes enlacées disposées à même le mur. Ces techniques permettent l’avènement d’un surcroît de présence, là où l’on pourrait craindre une désertion. Car il est essentiellement question de présence dans la peinture de Juliette Lemontey. Une présence entourée d’une « lumière paisible et mélancolique qui ne permet plus de deviner, mais tout juste de reconnaître »[5].
C.P.
[1] Paul Klee, à propos de la ligne ; cité par M. Merleau-Ponty in L’œil et l’esprit, 1960- [2] Emmanuel Lévinas, Ethique et Infini 1982- [3] Emmanuel Lévinas (ibid.)- [4] Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, 1957- [5] Stefan Zweig, L’amour d’Erika Ewald, 1904 Voir moins

Visite dans le respect des consignes sanitaires COVID 19, masque obligatoire.
Du lundi au samedi, 14-18h et sur RDV.

Détails

Début :
8 octobre
Fin :
20 décembre
Catégories d’évènement:
, , , , ,

Lieu

Atelier Hermann
16 rue Foch
Perpignan, 66000 France
+ Google Map