RETALOLA

Discipline(s)
Collage, Dessinateur/trice, Plasticien/ne
Informations de contact
Mme Laurence Retamero - RETALOLA

Localisation

Mon Histoire

Présentation de l’artiste et de son travail publié dans le livre Artistes Occitanie: les 30 artistes 2022

Leucate ( 11)
Retalola
Le dessin en volume

A Leucate, Retalola dessine avec un des éléments primordiaux de cette côte audoise: le vent. Ses réalisations en volume jouent avec l’air, le creux, le vide. Un art léger, mais d’une légèreté vitale. La création, sinon rien.

Avec le travail de Retalola, difficile de définir précisément ce que l’on voit: du dessin, des oeuvres littéralement sous cloche, des sculptures faites de bois, métal, os,, du fil de fer, mais également le travail des encres, des monotypes, etc.
Un tourbillon de techniques chez cette artiste, touche-tout revendiquée, pour qui l’art est avant tout le résultat d’une énergie qui est là, … ou pas. Pour preuve cet extrait de sa page Facebook en décembre 2020, pendant le deuxième confinement:
“Bon bin voilà….
J’avais plus envie de travailler …
Pas d’énergie, de motivation, d’inspiration…
Y’avais plus de mobile, de raisons….
Un deuxième confinement beaucoup moins palpitant… un goût de déjà vu… l’expérience inédite en moins!
Et puis c’est venu d’un coup… PAF !!!!
L’atelier, l’encre grasse et puis les encres fluides, légères, riches…
La joie du monotype, le plaisir enfantin de l’illustration… Tout est revenu”.

Un texte qui donne du relief et de la profondeur à ce travail, qui est tout simplement l’expression d’une pulsion de vie. Cette pulsion n’a pas besoin de grands principes pour se faire entendre, mais elle reste faite d’oeuvres d’une extrême légèreté, qui a pour intérêt son pouvoir de séduction. Avant toute chose, cette légèreté interdit toute lourdeur du regard, tout appesantissement, inutile. Elle n’empêche en revanche pas d’offrir un vrai regard sur l’existence.
Car chaque création est la preuve que la vie l’emporte, même s’il faut sans cesse recommencer pour toujours s’en assurer. Bref, Retalola assume un côté Don Giovanni: comme celui qui court après les conquêtes, elle court après chaque création de peur que tout s’arrête.
Il en ressort un art simple, dans le meilleur sens du terme: comment retrouver la joie de vivre avec trois bouts de ficelle, trois choses ramassées sur la plage, et une imagination qui va leur donner vie.
“Je ne saurais jamais être raisonnable, faire preuve de profondeur, livrer mes tourments….
Faut toujours que ça tourne à la rigolade…”
Et voilà comment naissent des poissons qui, au bout de leur tige métallique, bougent sous l’effet de la petite brise qui arrive. Pour un peu, ils se prendraient pour des oiseaux; comment l’artiste, à partir de deux gravures de baigneur et baigneuse, propose une variation sur ce thème, en les mettant dans différentes situations, plus ou moins ridicules. Dans ce travail se voit clairement la boulimie de l’artiste, chez qui une création amène à la suivante.
Comment, à partir d’os ramassés ici ou là, elle va proposer un squelette de Mickey mis sous cloche. On pourrait gloser sur cette transformation peu valorisante d’un personnage emblématique d’une société américaine ultradominante au XXè siècle, mais finalement ce Mickey sous cloche est autant un hommage qu’un trait d’humour.
Les matériaux défilent, les plus variés qui soit: des os blanchis au soleil qu’elle ramasse sur la plage, de la gaze empesée, du fil de fer recuit, ligaturé, mais qui reste aussi ténu parfois qu’une ombrelle de pissenlit, “mais je vais passer à la soudure bientôt. Je suis une artiste pluri-bidouilleuse. Il faut que j’expérimente, c’est plus fort que moi”.
Mais à chaque fois, ils sont au service d’une création en volume, “d’une légèreté confinant à un trait de plumes”.
Matériaux générateurs d’imaginaire,
matériaux initiateurs de poésie,
matériaux libérateurs de création……

Avant de poser ses valises à Leucate et de s’affirmer comme plasticienne à temps plein, Retalola a fait beaucoup de choses, mais avec une constante: un rapport à l’art.
Elle a été animatrice de camps itinérants avec des ados à l’étranger, mais aussi au club med: pendant huit mois dans un club en Grèce, elle a proposé un atelier artistique. “Et puis je suis partie à Londres. Je faisais la programmation artistique pour une école internationale avec de riches arabes. Et puis j’ai encore changé, je suis devenue hôtesse de l’air. A l’époque, il fallait juste que j’apprenne l’anglais”.
Aujourd’hui, depuis Leucate, elle éprouve toujours le besoin de couper tous les ponts de temps en temps pour partir, seule, sans sa famille qui reste à quai, en immersion dans un autre pays. “Dernièrement, je suis allée deux mois au Laos, j’ai travaillé là-bas, même si l’inspiration n’était pas directement à trouver dans ce pays. Dès que j’ai fini un travail, cela devient obsolète”.
En terme de créativité, Retalola avoue un grand écart entre l’idée de la création et la création elle-même: “Je me sens très enfantine, mais en revanche, dans la réalisation, je cherche la rigueur: tout ce que je fais est bien fait. Un cadre rigoureux, mais à l’intérieur, générateur de créations”.
Avec Retalola, on retrouve un esprit XVIIIè, un esprit ou la légèreté n’est que masque ou surface. Une légèreté, teintée de frivolité mais loin de toute inconsistance. Une oeuvre qui a l’élégance de s’offrir sous une forme de séduction, qu’il faut ensuite savoir dépasser pour accéder à un contenu plus profond.

VERBATIM
Je suis une vraie plasticienne. Même quand je fais des dessins, il faut que je les encadre, que je les mette en suspension, que je leur donne du volume. En fait, tout ce que je fais est en volume.
Deux volets importants de ma vie: les voyages et l’art.
je suis un papillon, tout m’intéresse. Vie en zigzag mais avec une ligne droite: l’art

VERBATIM 2
Mon truc à moi, c’est le léger…. La lecture facile, de celle qui parle à l’enfant, l’instinctive, celle d’avant 6 ans, d’avant qu’on se mette à réfléchir et à se dire que, c’est un fait indiscutable, la mer est bleue et l’herbe est verte.

—– —– —– —– —–

BIO
Parisienne
Beaux-arts à Versaille en cours du soir, dès le collège (4è et 3è)
Ecole de Sèvres, lycée à l’école de Sèvres avec formation de céramiste.
BTS arts appliqués, formes céramique.

crédits photos: François Thiaucourt

« Les 30 Artistes Occitanie »
Présent dans l'édition 2020 ou 2021
Galerie virtuelle