LAPOUGE Marie-Noëlle

Discipline(s)
Peintre
Informations de contact
Mme Marie-Noëlle LAPOUGE

Localisation

Mon Histoire

Cette présentation de l’artiste et de son travail a été publiée dans le livre Artistes Occitanie: les 30 artistes 2022

Rocles (Lozère)
Marie-Noëlle Lapouge
Une peinture populaire

Dans la peinture de Marie-Noëlle Lapouge, les personnages portent généralement des vêtements colorés, font des choses insolites et ils sourient. Et tout cela est clairement assumé: “Je n’aime pas étaler mes états d’âme, la peinture n’est pas une psychanalyse!”

“Si ma peinture fait sourire les gens, tant mieux!”. Les choses sont clairement posées. L’artiste prend pour point de départ des situations cocasses. Si cela l’amuse, cela va aussi amuser les autres. Et ces scènes insolites, elle les trouve un peu partout: dans la rue, à la télévision, dans son imagination.
“J’ai trouvé ma propre voie peu à peu: quand je vois des travaux qui me plaisent dans les expositions, je creuse un peu les techniques employées. J’aime notamment le travail de Picasso, ses périodes bleu et rose, mais mes influences sont très variées; Je peux avoir un vrai coup de coeur pour des œuvres de peintres beaucoup moins connus. Dans tous les cas, quand je vois des travaux qui me plaisent dans les expositions, je creuse un peu les techniques employées. Mais c’est surtout ma rencontre avec l’artiste Christine Muller qui a influencé ma peinture. J’ai découvert dans ses œuvres cette poésie que je cherchais depuis fort longtemps à exprimer dans les miennes. Bref, petit à petit j’ai trouvé ma propre voie, faite de couleur et d’humour”.
A part quelques oeuvres où c’est un animal qui tient la vedette, quasiment toutes les toiles de l’artiste sont centrées sur un personnage ou un groupe de personnages. Pas de grande mise en scène, des fonds souvent monochromes, mais avec suffisamment de nuances pour que cela vibre et une scène centrale. Cela suffit.
Certaines scènes sont ancrées dans un monde féérique, et semblent sortir d’un conte de Perrault: cette femme vétue d’une robe de princesse qui joue avec un cerceau de lierre, tout en souriant à l’escargot qui lui monte sur les cheveux. Ou cette autre, vêtue d’un costume d’Arlequin, avec une couronne en équilibre instable sur sa tête, qui hésite entre les cartes à jouer ou les dés. Pas la peine de chercher des sens cachés. La palette, les attitudes, les amusements des personnages visent juste à s’évader du quotidien, mais avec un brin d’humour et sans mièvrerie. Il ne s’agit pas de se prendre pour une princesse, il s’agit juste d’avoir un esprit suffisamment bien disposé pour apprécier de telles scénettes. Comme on aime fredonner un air gai quand l’ambiance est légère.
D’ailleurs, l’artiste apporte parfois des réponses extrêmement simples aux questions qu’on peut se poser. Pourquoi peint-elle ainsi essentiellement des femmes? “Parce que j’adore m’amuser avec les chevelures!”. Tout simplement.
Parfois les scènes renvoient davantage à un “ici et maintenant” plus ancré dans le réel de l’artiste. Comme cette femme, sac au dos, et enfant sur les épaules, qui est clairement en train de marcher sur les chemins de Compostelle, comme l’indique la coquille Saint Jacques accroché à son bâton.
Ces scènes sont aussi importantes que les précédentes: il n’y a pas toujours besoin de se réfugier dans l’imaginaire pour retrouver la joie de vivre. La réalité la plus proche de soi suffit. Marie-Noëlle Lapouge propose un état d’esprit, pas un remède miracle pour trouver la joie de vivre.
Ce parti pris de légèreté n’empêche pas une prise de distance avec les personnages représentés. Le regard que l’artiste porte sur eux peut être espiègle (“Je vois ce que tu fais mais je ne te prends pas au sérieux”), voire carrément distancié et acéré: une fille qui a grandi trop vite, coincée dans le cadre de son tableau, avec une poupée qui n’a plus envie de jouer; des personnages affublés de chapeaux de fête, une coupe de champagne à la main, et qui sourient à l’artiste, sauf celle qui est au centre de la scène et qui attire immédiatement le regard. La joie des autres serait-elle factice?
L’artiste, tout en gardant son style, ne s’interdit pas des choses parfois plus acides et fait évoluer son travail comme elle fait évoluer ses techniques: “Avant, je partais d’un mélange de couleurs sur la toile et dans ce mélange, je distinguais un personnage. C’était mon point de départ. Maintenant, je réalise d’emblée des dessins représentant des scénettes sur un carnet, et ils me servent de points de départ pour mes toiles. Je travaille toujours à l’huile ou à l’acrylique, mais aujourd’hui, j’apprécie davantage le travail des empâtements”.
Marie-Noëlle Lapouge a d’autres cordes à son arc: l’artiste a profité des confinements de 2020 pour faire aussi de la sculpture: pour une exposition à Aigues-Mortes prévue au départ pour l’été 2020 et finalement mise en place un an plus tard, elle a ainsi réalisé une grande installation (5 x 8 mètres) avec des personnages: « Je devais exposer avec un peintre, DIdier Ventabren, et on cherchait une solution pour relier nos deux univers. J’ai fait des totems avec des têtes en terre émaillée, qui étaient entourés d’écrits sur le thème du voyage. Eh bien, c’est plus fort que moi: j’ai réussi à faire vivre les personnages que je représente dans ma peinture. Il y avait une vraie familiarité entre les deux univers”.
Installée au nord de la Lozère, elle-même d’origine clermontoise, Marie-Noëlle Lapouge n’est pas loin des terres volcaniques. Elle a donc également une autre corde à son arc: le travail de la lave émaillée pour la réalisation de tables d’orientation.
Pour ceux qui cherchent obstinément à savoir où ils sont et où ils vont… et pour tous les autres également.

—– —– —– —– —–

BIO
Passionnée par l’art sous toutes ses formes depuis ma jeunesse, élève des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand dès mes 16 ans.
C’est au long de ma vie, que j’ai découvert les différentes techniques d’expressions : poterie, lave émaillée, élaboration de maquettes de tables d’orientation, fresques murales, aquarelle, huile et acrylique.
En parallèle, fait de la poterie, carnets de randonnée illustrés.
Elle organise également des stages.

« Les 30 Artistes Occitanie »
Présent dans l'édition 2020 ou 2021
Galerie virtuelle