MELLOUL Florian

Discipline(s)
Peintre, Street Artiste
Informations de contact
M. Florian MELLOUL

Localisation

Mon Histoire

Visages et multiplicités

Article publié dans le livre Artistes Occitanie, les 30 artistes 2023, paru en novembre 2022.
Quatrième volume de la série Artistes Occitanie, les 30 artistes de l’année.

A Rodez, l’artiste peint et est connu pour cela: il a souvent exposé et fait des interventions dans de multiples lieux (milieux scolaires, ehpads, instituts médico-légaux, etc). Mais l’artiste ne se cantonne pas à cet entourage.
“ Je travaille d’après photo principalement, mais les photos qui m’inspirent peuvent être de toutes origines, précise le peintre, que ce soit des gens que je côtoie ou des photos trouvées sur des banques de données, ou prises dans la rue… ”.
Et l’essentiel est bien dans le rendu d’une expressivité qui tend à sublimer les personnes. La photo peut introduire une distance avec le sujet, mais ce n’est pas dramatique, ce qui compte avant tout, c’est l’expression de la personne : il aime aller à la rencontre d’un sujet qui va lui parler.
Ce qui l’influence beaucoup dans ses choix, c’est ce qu’il perçoit, un look, une action (le fait de marcher ou de danser par exemple), le côté naturel et peu le côté posé. Même si les gens peuvent paraître sophistiqués, il fait en sorte que la prise d’image ne le soit pas.
Pour traiter ensuite le sujet, peu importe la technique. Après la photo, il travaille à l’acrylique, l’huile, à la bombe de peinture, au graphite…sur papier ou sur toile…
En revanche, si les techniques sont variées, les formats, eux, sont quasiment toujours importants, permettant à Florian Melloul de réaliser des visages plus grands que nature.
“Cela permet une corrélation avec le street art. L’impact de l’image tient évidemment à ce qu’elle représente mais aussi à son accès, ces formats envahissent le regard. Et puis dans un grand format on peut rajouter des détails, cela me permet de garder une part d’abstraction dans mon travail. ”
La seule chose qui compte : l’expression qui se dégage de la personne représentée. D’autant plus que la plupart du temps, ce buste ou ce visage n’est accompagné d’aucun élément de contexte, comme si l’artiste ne voulait pas in- fluencer et se mettait dans un faux-semblant de neutralité. Le personnage et puis c’est tout, souvent en noir sur fond blanc ou en couleur mais le fond sobre. C’est le cas de son Jean Moulin ou le portrait de Barack Obama réalisé par des scolaires lors d’un de ses nombreux projets collaboratifs.
Le portrait n’est pourtant pas le premier thème retenu par Florian Melloul, quand il a commencé à exposer, bien au contraire. Dessinant depuis l’enfance, l’artiste était plutôt porté sur des scènes abstraites.
“Pour ma première exposition, je n’avais présenté que des œuvres abstraites, c’était il y a plus d’une douzaine d’années ”. Son père tenait alors une galerie à Rodez et lui a proposé une exposition voyant l’attrait de son fils pour les arts. Florian Melloul, content d’exposer, n’imaginait pas encore à ce stade en faire son activité principale. Peu à peu, il a pris goût à ce travail d’exposition et ses horizons se sont élargis: Rodez, Bassan, Sérignan…
Son style a ensuite évolué, la figuration a commencé à l’intéresser. Il reçoit plusieurs prix dans des salons qui ont renforcé son désir de devenir peintre professionnel.
Et puis grâce à un ami, il rencontre un galeriste de Tanger, au Maroc, qui lui propose de participer à une biennale artistique, Etre ici, un événement pluridisciplinaire dans des lieux de la médina qui sont généralement non accessibles au public.
Et en parallèle, un autre élément va beaucoup compter : Florian Melloul est sollicité pour intervenir en art thérapie. C’est sans doute à partir là que le portrait devient le centre de son travail.
Aujourd’hui, il reste attaché à représenter la figure humaine, tout en faisant évoluer les techniques. Travaillant essentiellement à l’acrylique et à la bombe de peinture, il vient à la peinture à l’huile et aux graphites suite à des événements important dans sa vie :
“ Il y a bientôt cinq ans, j’ai eu mon premier enfant et j’ai la volonté d’être un père présent pour mes deux fils, un papa poule. Dans ce contexte j’ai commencé à travailler la peinture à l’huile, c’était la solution ! Comme elle ne sèche pas dans l’instant, je peux aller chercher mes enfants à l’école, m’en occuper jusqu’à ce qu’ils dorment et reprendre mes pinceaux le soir ou la nuit. ”
Pour certains, les temps de séchage de l’huile sont une réelle contrainte, pour Florian Melloul, cela a été au contraire un outil de liberté, qui lui a permis de concilier son art et sa vie privée.
Au départ donc, un choix de vie, à l’arrivée, un nouveau travail où les possibilités de l’huile lui permettent de donner une nouvelle dimension à ses peintures.
Avec l’huile apparaissent des œuvres beaucoup plus colo- rées, comme cette œuvre, “Surprise in the street”, qui montre un homme dans un anorak jaune peint en 2022. Il s’agit d’une photo prise dans la rue, mais comme l’artiste a enlevé les éléments de contexte, cet homme avec ces lunettes et son gros manteau pourrait tout aussi bien être dans une station de ski, si ce n’est le titre qui nous renvoie au lieu d’origine.
En contrepoint de ce travail à l’huile, l’artiste réalise également des dessins grand format, aux graphites, pierre noire ou pas- tels, et peut alors se concentrer aussi bien sur des visages que sur des corps en mouvement, comme esquissés avec fulgurance.
“Je fais également d’autres travaux, entre mes huiles et mes dessins, je lie ces techniques avec une peinture noire qui absorbe la lumière, une variante du vantablack. Cela donne au rendu une esthétique proche du dessin à la pierre noire avec la tenue de la peinture. ”
L’être humain reste donc au centre du travail de l’artiste. mais en variant les techniques, il parvient à renouveler les approches, avec une constante tout de même : une passante dans le métro de New-York, un enfant dans la campagne aveyronnaise, un poète d’une médina marocaine comme une grande figure de notre histoire auront chacun autant de richesses à apporter sous son crayon.
Anne Devailly

Expositions, Galeries, Musées ...

Galerie(s)
Galerie Annotiau, Rodez www.galerie-annotiau.fr
« Les 30 Artistes Occitanie »
Présent dans l'édition 2020 ou 2021
Galerie virtuelle