Elke DAEMMRICH

Elke DAEMMRICH
Évaluer l'artiste
0.00

Entre les mondes

Peintures, gravures et dessins d’Elke Daemmrich

Au début, il y avait peut-être le carré noir et l’arc-en-ciel. Chez Elke Daemmrich, le carré noir est une Chambre grise – un tableau  ancien des débuts de sa carrière artistique. Il adopte le langage formel de l’art concret, qui repose sur des figures géométriques et ne veut pas être une métaphore pour rien. Ce qui n’est pas toujours le cas, parce que les gens pensent et ressentent en images. Après ses études, Elke Daemmrich aimait cet art et peu après l’ouverture des frontières en 1989, elle a rendu visite à l’un de ses célèbres représentants, l’architecte, artiste et antifasciste suisse Max Bill.

Cette Chambre grise a également apporté à Elke une bourse et un premier séjour en France qui a profondément changé sa vie et sa peinture. Seule la composition de ses peintures peut rappeler  la manière concrète de ces premières créations. Aujourd’hui, elle vit tantôt en France, tantôt en  Allemagne, entre les mondes en quelque sorte et ne cesse de surprendre avec ses oeuvres qui, par leur nature et leur diversité, ne trouvent pas facilement d’égal. Car elles nous ouvrent un monde à part, comme le disait le Dalaï Lama : Une image dans un miroir, un arc-en-ciel dans le ciel et un  soleil peint – toutes ces choses sont perçues, mais dans leur essence, elles ne sont pas ce qu’elles semblent être.

Les peintures d’Elke Daemmrich ont ces pouvoirs magiques. À première vue, elles fascinent      souvent par une quantité incroyable de couleurs et de formes entrelacées, comme dans le tableau grand format La punaise. Comme s’il s’agissait d’un monde sain et beau, comme s’il s’agissait d’un arc-en-ciel, non, comme si de nombreux arcs-en-ciels étaient brisés en mille parties qui conservent encore leurs couleurs et leurs rayons, mais qui forment un chaos plutôt impénétrable dans lequel s’est dissoute la beauté des arcs-en-ciels, la beauté d’un monde innocent. Mais en y regardant de plus près, nous découvrons des gens, des visages, des peluches, un océan de bougies, des fleurs, un manège – et soudain, des titres comme des sous-titres du tableau s’ouvrent : La punaise – Hommage aux victimes des attentats. Il s’agit de l’attentat de Nice en 2016, lorsqu’un camion a foncé dans la foule, tuant 86 personnes et en blessant plus de 400, dont certaines grièvement. Mais il s’agit aussi de toutes les autres victimes d’autres attentats, le Bataclan, le marché de Noël de Berlin, le métro londonien. . .

Peut-être était-ce encore l’enthousiasme pur pour la couleur et la lumière, pour le sens de la vie et l’humeur des gens et du paysage – qui formait déjà un contraste remarquable avec le gris teutonique triste, les discussions allemandes tenaces et la mesquinerie germanique. Mais bientôt, les couleurs s’unissent en petites ou grandes cellules révolutionnaires qui s’attaquent aux maux entre les mondes, le monde tel qu’il est et tel qu’il pourrait être. Il y a la Femme exposée, qui est scrutée et décorée de façon indécente – l’artiste, comme dans d’autres tableaux, attire l’attention sur la surveillance croissante, sur les sociétés de collecte de données et les institutions gouvernementales qui s’opposent à l’auto détermination si souvent postulée et sur laquelle nous sommes apparemment sans défense. Un thème similaire est abordé par les tableaux de drones. Dans d’autres oeuvres se cachent des soldats, des armes, des animaux que l’homme perçoit plus comme des parasites, une image fait référence au référendum sur l’indépendance de la Catalogne, qui a également donné lieu à de violents affrontements.

S‘il le faut, elle renonce aussi aux couleurs, comme dans sa série de gravures sur la guerre de Syrie. Pourtant, Elke Daemmrich ne fait pas d’art d’agitation avant-gardiste. Elle est plutôt une observatrice attentive et une chroniqueuse artistique. Elle a une écriture qui lui est propre, qui vit notre époque et les lieux où elle se trouve et qui transmet son expérience à ses tableaux.

Elke Daemmrich ne voyage pas seulement entre l’Allemagne et la France. Bourses d’études et      expositions – presque plus à l’étranger qu’en Allemagne – elle fait le tour du monde, et partout elle aborde également les aspects problématiques de l’histoire et du présent. Que ce soit dans la Cleveland Suite qu’elle a adressé au premier maire de couleur de la ville, qui cherchait à améliorer le quotidien du People Of Colour, qu’elle décrive les contrastes entre les gratte-ciel et les quartiers pauvres, ou qu’elle se penche sur les contradictions de la vie et de l’œuvre de Richard Wagner, dans ses peintures et ses gravures, la beauté et le danger se rencontrent souvent.

Et souvent, les premières apparences sont trompeuses. Derrière les couleurs vives qui forment un réseau de beauté, aussi graphique que pictural, se cachent la laideur du monde, cachent ses conflits non résolus. Comme la célèbre phrase de Rainer Maria Rilke dans Les Élégies de Duino : Car la beauté n’est rien d’autre que le terrible commencement que nous endurons, et nous l’admirons tant parce qu’il répugne tranquillement à nous détruire. Tout ange est terrible.

C’est comme si l’artiste voulait sauver la beauté en peignant le laid dans ces belles couleurs. Comme l’a dit le philosophe coréen allemand Byung Chul Han : Le beau en tant qu’autre supprime la force du temps. La crise de la beauté aujourd’hui consiste précisément à réduire le beau à sa présence, à sa valeur d’usage ou de consommation. La consommation détruit l’autre. La beauté artistique est une résistance à celle-ci.  Les peintures d’Elke Daemmrich résistent à la consommation rapide, elles demandent à être regardées de plus près – alors seulement elles déploient toute leur magie. Ils montrent un monde complexe qui nous rend parfois difficile de trouver un chemin humain – mais en peignant ce monde, elle montre aussi qu’il y a parfois des doutes dans le monde, mais qu’il n’y a pas besoin de désespérer.

Cette exposition montre de manière très éloquente la diversité de l’œuvre d’Elke Daemmrich. Alors que les peintures et les gravures se ressemblent, du moins en partie, les cyanotypies suivent un chemin tout à fait différent. Elles ont été créées au moment du confinement en 2021. Ce sont ces photos de la Méditerranée, que l’artiste a imprimé avec la technique photographique ancienne de la cyanotypie. La cyanotypie est basée sur du fer exposé au soleil, ce qui donne aux photos développées une patine naturelle, un passé dans le présent. Elles confèrent aux scènes de plage joyeuses, oubliées d’elles-mêmes, un voile bleu désirable, tout comme le souvenir de la communauté, de la sociabilité, des échanges sociaux pendant les périodes difficiles et les restrictions  liées au Covid. Ici, c’est une simple belle vie au bord de la mer – une aspiration sans détours ni arrière-pensées qui a inspiré et illustré l’artiste.

Dans les œuvres d’Elke Daemmrich, la réalité et le rêve se rencontrent dans un langage de couleurs et de formes variées qui évoque la peinture intensive des artistes espagnols, mais aussi la ligne de conduite de certains expressionnistes allemands. Elle tisse des éléments constructifs et figuratifs, elle fait écho au surréalisme et au réalisme magique. Elle maîtrise la précision puissante du graveur allemand classique, d’Albrecht Dürer à Karl Georg Hirsch.

Ainsi, Elke Daemmrich crée une œuvre incroyablement riche qui tombe sur le spectateur comme une pluie d’étoiles filantes. Ce qui est encore emprisonné dans le monde réel comme leur propre malheur, créé par l’homme, est libéré dans cet art comme couleur, ligne, forme – comme prélude à la libération des hommes et de la nature.

Matthias Zwarg
Chemnitz, Allemagne, 2022

2024 "Entre les mondes" Château Royal, Collioure.

2023 "Zwischen den Welten" Kunstverein Eisenturm, Mayence, Allemagne.

2023 "Zwischen den Welten" Kunstwandelhalle Bad Elster, Allemagne.

2023 "Flora mythologica und grafische Werke aus drei Jahrzehnten" Kleine Galerie/Stadtmuseum Döbeln, Allemagne.

2022 "Flora mythologica" Jardin Antique Méditerranéen, Balaruc-les-Bains.

3, rue de la Paix 34480 Autignac
Atelier ouvert au public
Oui
Téléphone

    Statut artiste
    Artiste-auteur
    N° MDA ou Agesssa
    D565868
    Galerie d'art de l'artiste

    Aucun élément à afficher pour le moment.