- Publicité -


A Toulouse, clap de fin pour Mix’ Art Myrys, et enterrement du projet culturel dans l’ex-prison Saint-Michel

Des artistes manifestent dans les rues de Toulouse en 2022 pour la sauvegarde de Mix’Art Myrys

A Toulouse, le collectif Mix’Art Myris a mis fin à son aventure dans les locaux de la rue Ferdinand Lassalle lors d’une dernière fête le 31 mars.

Cette fois, c’est la dernière”, s’est résigné le collectif, en précisant les choses et en rappelant l’historique: “Sans solution de relogement, une page se tourne rue Ferdinand Lassalle après la plus longue occupation – 19 ans – sur les 29 que compte le collectif à son actif. Ultime rendez-vous pour célébrer cette liberté, aujourd’hui malmenée, en musiques et en images, pour affirmer la nécessité de voir fleurir de nouveaux espaces d’expérimentation sociale, artistique et politique dans Toulouse (et de plus en plus hors de). Un dimanche 31 mars, veille du 1er avril, comme une mauvaise blague”.

Après dix ans “d’occupation illégale et légitimes” en différents points de Toulouse, le collectif s’était installé en 2005 rue Ferdinand Lassalle.
Mais le tribunal judiciaire de Toulouse a sonné la fin de l’aventure lors d’une décision rendue le 1er décembre 2023: il ordonne la libération des lieux pour permettre à la ville de récupérer des lieux qui lui appartiennent afin de créer un groupe scolaire.

  • En parallèle, une deuxième annonce a mis fin à un autre projet culturel “serpent de mer” dans la ville rose: le Préfet a annoncé que l’Etat a finalement choisi de garder l’ex-prison Saint-Michel pour y installer une cité judiciaire. Depuis 2003, date de départ des derniers détenus, de nombreux projets avaient été évoqués, dont un porté par le maire actuel, Jean-Luc Moudenc, qui comprenait des logements mais également un grand auditorium. Le maire a précisé que la ville cherchait de nouveaux espaces pour créer cet auditorium malgré tout.

 



 

- Publicité -
Article précédentA Nîmes, inauguration de la Première Contemporaine, manifestation triennale
Article suivantEdition: Jacquie Barral (Montpellier), Le dessin en belle page. Editions Artfolage