- Publicité -


En Catalogne (française et espagnole), 7 partenaires créent Exilis, un réseau autour de la guerre d’Espagne et de la Retirada

Cour intérieure du Memorial de Rivesaltes ©KevinDolmaire_MemorialRivesaltes

Le 4 avril, le Mémorial du camp de Rivesaltes accueille les six partenaires avec qui il lance le réseau Exilis, qui va tous les fédérer autour d’une mémoire contemporaine commune du début de la guerre en Espagne en 1936 à la fermeture de la frontière en 1946.
En lien avec les associations, le réseau Exilis proposera des thématiques complémentaires en rapport avec cette décennie d’histoire. Une décennie durant laquelle ce territoire transfrontalier va voir passer à travers les Pyrénées des réfugiés venus d’Espagne mais aussi des résistants et des juifs étrangers qui fuyaient Vichy et l’occupant nazi.

Financé par le programme européen Interreg Poctefa (Programme Opérationnel de Coopération Territoriale Espagne-France-Andorre), ce projet fédère
– le Mémorial du camp de Rivesaltes,
– le Mémorial du camp d’Argelès-sur-Mer,
– la Maternité d’Elne,
– le Château Royal de Collioure,
– le Musée de l’Exil de la Jonquera,
– le Mémorial Democratic ainsi que
– la Direction Générale de la Mémoire Démocratique de Catalogne.

L’objectif de ce projet, soutenu par l’Union Européenne à hauteur de 65 % du coût du programme, est de favoriser la circulation des publics, des ressources scientifiques et culturelles en mutualisant et amplifiant les actions de ces institutions publiques de part et d’autre de la frontière.

Parmi les principales actions programmées :
– l’organisation d’expositions temporaires itinérantes ;
– la création d’un Pass Mémoire facilitant l’accès à tous les sites du réseau ;
– la mise en place d’une base de données sur l’exil républicain espagnol ;
– la production de cartographies des routes mémorielles transfrontalières (de l’Andorre à la Méditerranée) ;
– la production de contenus pédagogiques et d’ateliers communs transfrontaliers
– l’organisation de colloques et séminaires de recherche, l’animation de journées d’échange et de formation ;
– la mise en place d’une identité visuelle et d’une signalétique commune.
– l’installation d’écrans tactiles harmonisés dans les sites partenaires.



 

- Publicité -
Article précédentA Montpellier, les promoteurs privés ont validé en un an 27 projets artistiques dans leurs nouvelles constructions
Article suivantA Nîmes, inauguration de la Première Contemporaine, manifestation triennale