- Publicité -


Edition: A Saint-Frajou (31), Ksenia Milicevic fête les dix ans de Art Résilience avec un livre 

Ce dernier a été réalisé par Ksenia Milicevic, fondatrice du mouvement avec neuf autres artistes fondateurs fête les dix ans du mouvement qu’ils ont fondé en 2014, Art Résilience.
Elle signe pour cela un nouvel ouvrage, 60 artistes du mouvement Art Résilience.

Ksenia MIlicevic a créé ce mouvement avec des artistes internationaux, notamment John Botica (Nouvelle-Zélande), Gregorio Cuartas (Colombie), Christelle Larson (France), Gérard Lartigue (Mexique), Victor Molev (Canada), Miguel Betancourt (Équateur), Şenol Sak (Turquie) et Christopher Stone (Angleterre).

Le siège du mouvement est situé au Bateau-Lavoir à Paris et le Musée de peinture, qu’elle a créé à Saint-Frajou, organise annuellement un Salon International d’art, depuis la création du mouvement.

Présentation du livre par son auteur: 
« Ce livre a pour objectif d’attirer l’attention sur la crise de l’art qui s’est accentuée progressivement depuis les débuts du XX siècle en aboutissant aujourd’hui à une indistinction entre ce qu’est une œuvre d’art et ce qui est de l’ordre du divertissement. Le constat de la situation actuelle nous a amenés à réfléchir sur la nécessité de refonder l’art sur ses fondements esthétiques, c’est-à-dire, refonder l’art sur le beau, mais aussi refonder le beau sur la nature.
Ce double mouvement se situe dans le cadre de la résilience, car il ne s’agit pas de revenir vers quelques formes anciennes, mais après le constat des confusions qui règnent, rebondir en réintroduisant les principes fondamentaux de l’art, pour retrouver tout ce qui fait que l’art possède des particularités dans sa structure qui le distingue de tout autre objet. »

 

 



- Publicité -
Article précédentA Perpignan, six artistes et un collectif créent un livre d’artiste aux éditions Trabucaire
Article suivantLe sculpteur toulousain James Colomina sensibilise au conflit palestinien à Barcelone