- Publicité -


Bourges dame le pion à Montpellier, Clermont-Ferrand et Rouen pour le titre de capitale européenne de la culture 2028

Le visuel de la campagne de Montpellier pour être capitale européenne de la culture 2028.

Le jury européen de sélection de la ville lauréate au titre de Capitale européenne de la culture en 2028 a choisi la ville de Bourges, autrement dit “un choix qui consacre un projet de développement de ville moyenne par la culture”, explique dans son communiqué Montpellier, qui n’a donc pas été sélectionnée.

De fait, la candidature de Bourges était le “petit Poucet” de cette compétition qui mettait en concurrence trois villes de plus de 100 000 habitants (voire le double), Rouen, Montpellier, et Clermont-Ferrand, avec trois projets qui irriguaient de manière très large chacun de leurs territoires.

Le jury a donc préféré le quatrième projet, celui de la plus petite ville des quatre, avec le budget le plus modeste et sur un territoire plus restreint.
 

Malgré la déception, Montpellier estime néanmoins que cette aventure qui aura duré deux ans reste positive: “Cette candidature a apporté beaucoup. Depuis 2022, 85 projets culturels ont été désignés lauréats de Montpellier 2028, soit plus de 200 événements en grande majorité gratuits organisés sur l’ensemble du territoire (…). Elle a aussi été un formidable accélérateur de projets, en nous inscrivant dans de nombreux réseaux européens et en faisant émerger des coopérations avec de nombreuses villes d’Europe. Mais aussi dans notre manière de construire des politiques culturelles, plus inclusive, plus participative avec les citoyens. Au-delà, la gouvernance collective dans laquelle nous sommes engagés est indéniablement un acquis. Cette dynamique doit et va perdurer. Nous allons la poursuivre dans l’esprit de coopération née à l’échelle du territoire via l’association qui nous rassemble. Nous sommes plus que jamais unis pour la culture“.



 

 

- Publicité -
Article précédentLa galerie At Down (Montpellier) participe pour la 4e fois à District 13, la vente d’art urbain, Hôtel Drouot à Paris
Article suivantReso monte une résidence d’artistes pour Mister Freeze à Montauban