- Publicité -


Dans le Gard, décès de la peintre et écrivaine Béatrice Nodé-Langlois

Née à Compiègne en 1940, la peintre et écrivaine Béatrice Nodé-Langlois se partageait entre Paris et Saint-Roman-de-Codières dans les Cévennes.
Elle a exposé dans de nombreuses galeries, à Paris, mais également à l’international (Vienne, Zürich, Moscou ou Sain Diego).
Elle devait exposer avec Eve Luquet les 26 et 27 août à Saint Roman de Codières, dans les Cévennes. Avec l’accord de sa famille, l’exposition a été maintenue malgré son décès.

Béatrice Nodé-Langlois, sociologue de formation (élève entre autres de Pierre Bourdieu et de Jean Duvignaud) a été conceptrice-rédactrice publicitaire avant d’enseigner la culture générale en classes de BTS. Elle épouse le sociologue Mike Burke, cofondateur du Centre de communication avancée du groupe Havas et va ensuite se consacrer entièrement à l’écriture (romans, critiques d’art et critiques littéraires) et à la peinture, une longue période pastelliste précédant son passage à la peinture acrylique.


En mai 1993 sur la place de la Concorde, elle ramasse dans un caniveau une canette métallique écrasée, “restes de carrosserie lustrée mêlée à des rouilles, des plaies et des bosses ». Ces canettes vont donner naissance à une série d’oeuvres, Les Écrasés.
Béatrice Nodé-Langlois écrivait depuis 2001 dans la revue La Critique parisienne et est depuis 2011 membre de l’association Empreintes et arts regroupant des artistes et des psychanalystes. Elle est membre du PEN Club français.

Artistes Occitanie présente toutes ses condoléances à sa famille et à ses proches.



 

- Publicité -
Article précédentA Albi, décès de Jackie-Ruth Meyer, Cofondatrice et directrice du centre d’art Le Lait de 1983 à 2018
Article suivantEDITION: La diagonale du vagabond, du photographe Didier Almon (Carcassonne)