- Publicité -


A La Cavalerie (Aveyron), inauguration d’un nouveau lieu artistique, La Draille

Depuis quatre ans, Marc Calas et sa compagne Sandrine Fretault, entourés d’une équipe de bénévoles, travaillent sur le projet de La Draille, un bâtiment à l’intérieur des remparts de La Cavalerie qu’ils transforment en espace dédié à la création artistique dans l’univers du son.

La Draille ouvre ses portes à la mi-juillet avec une exposition/installation qui réunit cinq artistes plasticiens.

Une scénographie d’expériences sensibles, visuelles-sonores, un parcours immersif, en évolution tout au long de l’été, habité par moment de concerts et de spectacles. Et la Draille permettra également de découvrir d’autres événements dans les rues du village.

L’exposition inaugurale ouvre le 14 juillet avec cinq artistes:

  • Mathilde  Poulanges : Embaumer des livres   Onguents de verre, poudres de silice, fards d’oxydes naturels, parures d’or ou de cuivre… Lentement, j’apprête les livres abandonnés pour leur crémation.
  • Bernart Verquère, Cassine
    Une cassine, (petite maison au milieu des champs) se construit dans le jardin-cour de la Draille. Au départ simple structure métallique aux lignes épurées et sonores, elle sera totalement envahie au fil du temps de branches de buis…
  • Sandrine Frétault
    Peau de Fède est un personnage à double facette, moutons ou nuages, errant ou se pavanant, énigmatique ou ludique, noble ou pauvre, autant de façons de regarder et d’être au monde. La réalisation de Peau de Fède se compose essentiellement de laine, à l’état brut et transformé. Peau de Fède fait partie de l’exposition comme sculpture. Au départ de La Draille, le public peut cheminer avec Peau de Fède dans les rues de La Cavalerie comme dans un conte de laine.
  • Sabrina Issa, Laab, laboratoire associatif d’art et de botanique
    De la vue des abeilles
    Le LAAB sonde et conçoit les formes d’une expressivité liée au vivant. Avec un intérêt marqué pour le végétal, le LAAB fonctionne comme un groupe de recherche. Constitué à la base de deux artistes et d’un ingénieur, il s’enrichit de collaborations et personnalités invitées depuis 2008.
    Pour la Draille, Sabrina Issa propose des mises en situations immersives, où le visiteur influe sur les objets exposés pour les transformer. Ici, il s’agit d’une approche décentrée de la couleur, qui adopte le point de vue des insectes. Les plantes à fleurs et les insectes sont apparus simultanément il y a 140 millions d’années et évoluent ensemble depuis.
  • Marc Calas, art sonore
    Marc Calas propose son travail d’art sonore comme la matière enveloppante du parcours, pour une mise en relation immersive du visiteur avec les œuvres. Le parcours donne à essayer quelques pièces de son répertoire comme l’Oeuf ou Os, mais le travail de création se poursuit tout l’été par la création d’univers sonores en relation avec les plasticiens et leurs oeuvres.

Concert de Patrice Soletti, David Viala et Babu en relation avec l’univers sonore de l’exposition.

Programme à retrouver sur le facebook de la Draille



 

- Publicité -
Article précédentEdition: Daniel Cadilhac, Comme le vagabond du chariot de foin
Article suivantEDITION: Le peintre Patrick Danion, alias Spasp (Lodève) publie un recueil de nouvelles