- Publicité -


Edition: Daniel Cadilhac, Comme le vagabond du chariot de foin

 

Ce livre évoque le parcours étonnant de l’auteur, Daniel Cadilhac, qui vit à Ginals (82) et qui a navigué entre différentes activités: peintre, commissaire d’expositions pour l’Abbaye de Beaulieu, mais également agriculteur, ou professeur dans un lycée agricole, spécialiste de l’hydrographie de surface et souterraine.

L’auteur revient ici sur sa découverte de la peinture et son parcours d’artiste. 

Evocation d’une saga étonnante débutant dans une campagne française des années 40, milieu austère et replié sur lui-même où chacun vivait, dans la précarité, une autarcie rigoureuse.
Encore enfant, il perçoit un manque, il ne peut le définir, mais il trouve les remèdes avant la cause. Ce seront les temps de rêveries, de contemplation de la nature. Puis viennent papiers, crayons et peintures.
Au fil de la narration, le hasard lui fait découvrir les matériaux de cette peinture en devenir : les draps de coton de sa mère, les recettes du relieur de livres anciens, les poudres d’oxydes de métaux.
L’espace s’entrouvre : voici venu les bleus de Paul Klee, de Joachin Patinir. Un rapprochement s’opère entre les scènes familières des peintres de la Renaissance et son monde paysan des années 50 : les mêmes fêtes, moissons, chasses et ripailles rompant les jours de vaches maigres. Egalement les mêmes croyances, partagés qu’ils étaient tous entre les forces du Mal, croyances occultes, sorcelleries, jeteurs de sorts, et l’empreinte si forte du religieux.
Pas de place ici pour un discourt sirupeux, une légende dorée. L’analyse ne vient pas d’une approche universitaire dominant son sujet, mais de la base, du vécu. L’introspection est racinaire, tellurique : elle fouraille dans la chair, elle cherche la biographie secrète, souterraine. Un questionnement s’impose : “
Suis-je peintre ? Ou faiseur de tableaux ? Qui tient ma main ? Serait-ce ce génie bienveillant qu’enfant il avait su s’inventer ?
La fin du propos convoque l’arbre et l’oiseau, portés ici au rang de mythes fondateurs d’un animisme intemporel, autre chemin de vie étroit pour rejoindre une dimension spirituelle, sacrée“.

36 €, en vente chez l’auteur – danielcadilhac@yahoo.fr 



 

- Publicité -
Article précédentA Marseillan (34), une nouvelle saison 2023 pour les artistes accueillis en résidence au MadLAB (sur l’étang de Thau)
Article suivantA La Cavalerie (Aveyron), inauguration d’un nouveau lieu artistique, La Draille