- Publicité -


Le sculpteur tarnais Emmanuel Michel, travaille sur deux sculptures à Poissy (78) avec des détenus et des lycéens

 

Depuis septembre 2022, le sculpteur et artiste tarnais Emmanuel Michel travaille régulièrement avec deux publics spécifiques de la ville de Poissy, des détenus de la maison centrale de Poissy et des lycéens de la cité scolaire Le Corbusier.
L’artiste a imaginé de réaliser deux œuvres, un Dédale et un Icare, mais en faisant intervenir chacun des groupes sur les deux œuvres, toutes les deux imposantes (près de 2 mètres pour Dédale; 3,60 mètres pour Icare).
En discutant avec les volontaires pour participer à ce projet, dans les deux groupes, on a défini ensemble ce qu’on souhaitait faire. J’ai synthétisé un peu le travail en réalisant une maquette. Et ensuite, je tenais à ce que les deux œuvres fassent participer des membres des deux groupes: le corps de Dédale a été réalisé par les détenus et son aile par les lycéens pendant qu’on faisait l’inverse sur Icare: les lycéens ont réalisé le corps pendant que les détenus se chargeaient des ailes”.
Crédits photo: Emmanuel Michel

 

Régulièrement Emmanuel Michel et son équipe retracent l’avancée du projet dans des newsletters. Retour sur quelques étapes de ce projet au long cours

  • Septembre 2022: un premier atelier avec les personnes détenues leur permettent de découvrir le travail d’Emmanuel Michel, sa façon de s’intéresser à ceux qu’ils rencontrent, quel que soit leur profit.
    Récit fait dans la première des newsletters qui ont accompagné ce projet.
  • L’Atelier démarre par la projection du film Tampanni, qui montre le travail d’Emmanuel Michel qui s’inspire depuis trente ans de ses voyages, pour créer à travers le dessin, la gravure, la peinture ou la sculpture. Il est composé d’images tournées lors de son voyage au Sri Lanka et dans son atelier près de Toulouse. Il donne à voir la proximité de l’artiste avec les gens qu’il rencontre et qu’il dessine pour « retranscrire l’émotion, le vécu, l’humanité » selon ses propres mots.
    La fin de la projection est marquée par des applaudissements chaleureux.
  • Dans un deuxième temps, Emmanuel Michel présente le projet de l’œuvre d’art Envol(s). Il parle de son concept de base qui repose sur des échanges entre des lycéens et des personnes détenues. Le thème du mythe de Dédale et Icare est évoqué comme point de départ de la création de l’œuvre. Emmanuel Michel précise cependant que cette phase de création va se nourrir des idées des uns et des autres et qu’elle pourra évoluer. Premier ressenti d’un participant : « C’est une super idée les deux mecs en ailes, je sais plus leurs noms mais c’est une super idée ! »
  • L’artiste va ensuite creuser le thème choisi (Dédale et Icare) à travers notamment de nombreuses œuvres d’art, mais choisit aussi de montrer d’autres oeuvres pouvant intégrer cette notion d’envol, comme une sculpture du basketteur Mickael Jordan, à Chicago: “Même si les dimensions de notre œuvre d’art seront bien loin de celles de cette statue qui mesure 3,60m de hauteur sur un socle de 1,50m, on peut s’inspirer du mouvement du corps entièrement décollé du sol grâce à un seul point d’attache au niveau du mollet”.
  • Quatrième atelier: Platon s’invite à ce quatrième Atelier par la voix d’Antoine Hazard, professeur de philosophie au Lycée Le Corbusier et intervenant à la Maison Centrale le samedi matin dans le cadre des cafés-philos. (…)
  • Emmanuel Michel demande alors s’il ne serait pas possible de mimer les positions de Dédale et Icare pour commencer à imaginer plus précisément la sculpture. Va commencer alors le travail en matière: maquette, fil de fer, grillage, plâtres, etc.A suivre encore les mois qui viennent, avant que l’œuvre ne soit définitivement installée dans un parc de la ville.

 

  • Un montage financier conçu par l’artiste
    Cette œuvre d’art est financée par tous ceux qui « font la ville » : aménageurs, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, BET, entreprises.
    Les acteurs de l’immobilier qui construisent le nouveau quartier Rouget de l’Ile ont répondu à la campagne de financement, dès le lancement du projet. Les prochains mois vont être consacrés aux appels de dons auprès des maîtres d’œuvre, paysagistes, entreprises et bureaux d’étude.
    Budget prévisionnel: 250 000 €
    Fin 2022, le projet fédérait déjà plus de 200 000€ en promesses de dons.
    Les premiers donateurs : Brownfield, Bouygues Immobilier, Citallios, Emerige, Altarea Cogedim, Icade, Marie-Odile Foucras Architecte, Tryptique

 

  • La ville de Lunel (Hérault) accueille actuellement une exposition importante des œuvres – peintures et sculptures – d’Emmanuel Michel

A l’Espace Feuillade

Jusqu’au 9 septembre

Pour cette exposition estivale, la Ville de Lunel a donné carte blanche à l’artiste qui a choisi la thématique du voyage.

Depuis les années 1990, l’artiste se consacre entièrement aux voyages, à travers dessin,  gravure, peinture et sculpture.

Une quinzaine d’ouvrages relatent son travail. 



- Publicité -
Article précédentA Toulouse, Mister Freeze a mobilisé 14 artistes pour l’ancienne caserne des pompiers
Article suivantDans le Tarn, Art Graulhet 2023, une manifestation qui monte en puissance pour sa 6e édition