- Publicité -


A Toulouse, étudiants et enseignants de l’Isdat en grève le 8 juin

 

crédit Isdat en danger

A Toulouse, étudiants et enseignants de l’Isdat s’inquiètent du devenir de leur école, aujourd’hui dans une situation financière instable, qui pourrait conduire les collectivités à revoir à la baisse son fonctionnement.

L’Isdat rassemble les formations à la fois aux Beaux-Arts, à la musique et à la danse.

L’institution accuse aujourd’hui un déficit de plus de 500 000€ sur un budget annuel de 7 millions.


Les étudiants et les enseignants, à l’origine d’un collectif, Isdat en danger, s’inquiètent des mesures qui pourraient être prises pour pallier cette situation, et estiment que 12 postes d’enseignement et d’agents sont sur la sellette.

Ils sont entrés en grève le 8 juin et ont lancé une pétition en ligne le 7 juin, qui a recueilli à ce jour (12 juin) plus de 2500 signatures.

Extrait de la pétition ciblant les difficultés spécifiques de l’Isdat, et le soutien réel de l’Etat et de la ville de Toulouse:

Selon le délégué syndical Snéad-CGT Jérôme Dupeyrat, enseignant de l’Isdat, cité par nos confrères de Mediacités, “la trésorerie de l’école sera à sec en septembre ou octobre prochain”.

Côté mairie, l’adjointe au maire et présidente de l’école, Nicole Yardeni, a estimé que les difficultés rencontrées étaient de même nature que dans la plupart des écoles d’art en France et que la solution passera notamment par une évolution des formations proposées.

  • Chiffres Clés de l’Isdat



 

- Publicité -
Article précédentA Montpellier, le promoteur Novalim confie deux villas à des artistes avant réhabilitation
Article suivantLes lauréats des prix de l’Académie du Languedoc: Claude Sans, Jean-Pierre Condat & Michel Viala