- Publicité -


A Toulouse, la plasticienne Nadia von F. reprend son nom de naissance, Nadia Ehrmann

A Toulouse, la plasticienne Nadia von F. reprend son nom de naissance, Nadia Ehrmann et explique ce changement: 

Quelques mots concernant mon récent changement de nom. En effet, après avoir travaillé sous divers pseudonymes, j’ai décidé de renouer avec mon nom de naissance.
Le nom que j’utilisais depuis quelques années, Nadia von F., était un pseudonyme par défaut, une contraction de Nadia von Foutre lui-même dérivé des Brigades du Foutre. Moins connoté que les précédents, je l’utilisais pour pouvoir travailler plus librement, sans être rattachée à une thématique. Il a ainsi accompagné l’évolution de mon travail, mais je n’ai jamais vraiment aimé sa sonorité.
Il y a aussi une dimension plus personnelle dans ce choix, quelque chose de la cohérence intérieure qui se joue. Je travaillerai donc désormais sous le nom de Nadia Ehrmann. Je salue avec affection mes incarnations passées, et me réjouis du chemin parcouru et à venir“.

— — —

L’artiste a récemment sorti un nouveau fanzine : LOOPS #1:
Le travail que je mène en xérographie (photocopieuse) laisse beaucoup de matière inutilisée. À partir des rebuts d’impression, en cherchant ce qui se passe dans les marges de l’image, au creux des textures, des bavures, je fais des collages. Il s’agit d’écouter le bruit de la trame et du papier ; d’en extraire délicatement des morceaux pour les faire jouer ensemble. Ces collages seront réunis dans un fanzine — loops — qui paraîtra tous les trois à quatre mois. Chaque couverture comportera un collage original. Des boucles sans fin. Voici le premier numéro”.

Loops #1, 28 pages, 14 x 19 cm.  Impression laser noir & blanc
Couverture papier rose avec collage original
35 exemplaires – 10 € (+ frais de port)
https://www.nadiaehrmann.com/contact



 

- Publicité -
Article précédentA Nîmes, l’artiste Jimmy Richer crée avec des jeunes une fresque murale et un labyrinthe peint au sol près du CACN
Article suivantL’abbaye d’Auberive (Haute Marne) consacre son exposition estivale à Philippe Aïni (Servies-en-Val, Aude)