- Publicité -


Course du Rhum: débuts difficiles pour le skipper sétois Nicolas Rouger avec sa voile signée Hervé di Rosa

Avec sur sa voile un personnage imaginé par Hervé Di Rosa, Nicolas Rouger et son bateau Demain c’est loin se sont lancés comme prévu sur la Route du Rhum, mais les débuts ont été difficiles.


Le skipper et son Imoca ont dû rejoindre les pontons de Saint-Malo,  quelques jours après le départ, pour un problème de quille qu’il a dû faire changer.

Il a pu repartir, mais avec trois jours de retard sur le reste de la flotte.

 

  • Nicolas Rouger tire ses premiers bords à Sète sur l’étang de Thau. Mordu de voile, il se consacre à temps plein à sa passion, entre ses 18 et 30 ans mais fait ensuite un break pour se consacrer à sa famille et de rentrer dans une vie active plus “classique”. En 2018, la passion le reprend et il décide de participer au circuit Imoca avec le projet Demain c’est loin, inspiré du titre d’IAM. Le skipper, 42 ans, travaille à Marseille, mais a gardé des attaches à Sète.
  • A Sète, il sollicite Hervé di Rosa qui accepte de travailler sur une voile de 300 m2 pour financer la participation du skipper aux trois grandes courses qui se tiennent à partir d’aujourd’hui: la Route du Rhum en 2022, la Transat Jacques Vabre en 2023 et, si les courses précédentes lui permettent d’être sélectionné, le Vendée Globe en 2024.
    Les deux hommes présentent ce projet lors d’une conférence de presse à Sète, en présence du maire François Commeinhes, qui soutient l’initiative. L’artiste a imaginé la toile qui a ensuite été réalisée par les étudiants des Beaux-Arts de Sète. La voile peinte par l’artiste, trop lourde pour naviguer, restera à quai, mais le voilier navigue avec un double du travail de l’artiste.
    Le projet est de vendre 250 morceaux de la voile en mobilisant avant tout le milieu sétois, institutionnels et acteurs économiques du bassin de Thau.
    L’acquéreur devient propriétaire d’une œuvre originale d’1 mètre sur 1 mètre pour 20 000€, cet achat peut bénéficier de défiscalisation pendant quatre ans (à hauteur de 5000€ par an). Les acquéreurs récupéreront leur bien à la fin de ce programme de courses au large.
    Pour tenir compte de ce projet spécifique, Hervé di Rosa a fait une œuvre globale mais qui se prête à cette vente “à la découpe”: chaque morceau de 1 sur 1 m comporte un personnage, membre de l’équipage du bateau, qui sera 100% sétois.


 

- Publicité -
Article précédentTriple actualité pour le peintre nîmois Jean-Marc Scanreigh
Article suivant A Montpellier, le MoCo prépare une exposition sur la peinture figurative contemporaine en France