- Publicité -


A Toulouse, la Fondation Caisse d’Epargne célèbre les vingt ans de son Projet pédagogique

Dirigée par Sylvie Corroler-Talairach, la Fondation Caisse d’Epargne, située place du Capitole à Toulouse, fête cette année les vingt ans de son projet pédagogique.

Un projet mené grâce à un partenariat noué avec l’Académie de Toulouse: dans ce cadre, la Fondation met à disposition de tous les enseignants des moyens pour que les œuvres d’art soient à portée du regard de chacun et que la visite à la Fondation devienne un support d’enseignement.

Le projet peut prendre différentes formes:  des rencontres avec les artistes qui assurent eux-même une visite de leur exposition; des dossiers proposant des pistes pour l’exploitation pédagogique; une exposition itinérante pour les établissements les plus éloignés; etc.

Cette année, pour les vingt ans, quelque 1 000 élèves issus de 29 établissements de la région participent au projet pédagogique, au sein d’une exposition intitulée A vrai dire.
Des classes maternelles aux établissements supérieurs, ils exposent leurs travaux d’arts plastiques sur les murs de la Fondation. Les élèves et leurs enseignants ont été inspirés par Circulez il n’y a rien à voir, une exposition performative présentée à la Fondation cet automne.

Cette expérience artistique consistait pour les visiteurs à découvrir les oeuvres par la parole. Invisibles à l’oeil nu, elles étaient matérialisées par leur seul contour tracé au crayon, mais racontées dans tous leurs détails par un diseur ou une diseuse.
Entre novembre et mars, 19 collèges et lycées, 9 écoles primaires et un établissement supérieur se sont emparés des thèmes de l’exposition, en se rendant sur place ou, pour les établissements éloignés de Toulouse, en s’appuyant sur une exposition itinérante riche de matériaux pédagogiques.

À vrai dire rassemble les travaux réalisés en classe, inspirés des discours des diseurs. Les élèves se sont emparés de la force du langage pour imaginer des réalisations plastiques variées, entre podcasts, tableaux vivants en vidéo ou dessins nés de l’écoute d’un texte écrit à partir de chefs d’oeuvres.

A l’arrivée, une exposition ponctuée de performances dansées proposées par les élèves de l’école toulousaine élémentaire Joseph Lakanal, une fois par semaine, le temps de l’exposition.

  • 20 mai-18 juin – Vernissage mercredi 18 mai, 18h
Sylvie Corroler-Talairach. Crédit: Caisse d’Epargne- Fondation d’art contemporain

 



 

- Publicité -
Article précédentEdition: Dire, ne pas dire, un ouvrage sur le céramiste montpelliérain Loul Combres
Article suivantA Domazan (Gard), Simone Reynaud fête les vingt ans de Sculpture Passion