- Publicité -


Une pétition du monde de la culture pour alerter sur une victoire de Marine Le Pen

La semaine précédant le second tour, une pétition circulait, rassemblant plus de 200 acteurs du secteur culturel qui voulaient alerter sur le risque qu’une victoire de Marine Le Pen à la présidentielle aurait fait peser sur le monde de la culture.

En ligne sur la plate-forme change.org, cette pétition a mobilisé de nombreux directeurs d’écoles d’art, de Frac et Centres d’art, sans oublier de grandes institutions nationales ou directeurs de musée.

Pour les signataires, le programme de Marine Le Pen était celui  “de la ‘préférence nationale’, de la discrimination et de la xénophobie érigées en principes constitutionnels, du retour au droit du sang, de la fermeture à l’autre, du renoncement à toute forme de diversité et d’hospitalité” et appellent donc le monde de la culture à apporter sa voix à Emmanuel Macron: “Nous connaissons le monde réalisé d’Emmanuel Macron, voilà cinq ans que nous l’habitons. Quel que soit notre niveau d’adhésion à la politique qui lui donne forme, nous savons pouvoir y vivre dans le respect des valeurs fondamentales qui sont les nôtres : la liberté, la tolérance, l’hospitalité, la diversité“.

Parmi les signataires, des acteurs du monde de la culture présents en région Occitanie.

Patricia Carette, Présidente du Frac Occitanie Montpellier
Jean-François Dumont, directeur général de l’École supérieure d’art et de design des Pyrénées, Pau-Tarbes
Emmanuelle Hamon, responsable du Frac, les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse
Antoine Marchand, directeur du Lait, centre d’art contemporain d’intérêt national, Albi
Valérie Mazouin, directrice du centre d’art contemporain Chapelle Saint Jacques, Saint Gaudens
Éric Penso, Numa Hambursin et Yann Mazéas, respectivement président, directeur général, et directeur de l’école d’art du MO.CO – Montpellier Contemporain

 



 

- Publicité -
Article précédent A Toulouse, les Artistes Méridionaux parrrainent les jeunes artistes
Article suivantToulouse met en avant les œuvres ukrainiennes de ses musées