- Publicité -


Un nouveau tiers-lieu à Montpellier, dans les ex-studio Lunaret, quartier des Beaux-Arts

 

Image montrant une proposition de ce qui pourrait orner la façade des Studios.

Le maire de Montpellier, Michaël Delafosse, a présenté le nouveau projet pour les ex-studios Lunaret dans le quartier des Beaux-arts, projet porté par le promoteur immobilier Thierry Aznar.

Le maire était notamment accompagné de Numa Hambursin, directeur du Mo.Co, la structure tripartite qui rassemble l’art contemporain à Montpellier (deux lieux d’exposition et l’école des Beaux-Arts).

Le propriétaire des Studios, qui abritait une salle de sport, avait décidé de vendre et avait passé un accord avec le groupe Carrefour qui souhaitait y implanter un Carrefour market. La ville a été informée uniquement grâce à la vigilance des riverains, et s’est fermement opposée au projet, au nom de la défense des commerces de proximité.

La ville a ensuite étudié différentes propositions, avant d’arrêter son choix sur le projet présenté par le promoteur Thierry Aznar, qui va transformer ce lieu en une halle qui allie culture et art de vivre avec un food court, un toit-terrasse et un espace culturel, dont le Mo.Co sera partenaire.

Avec ce projet, les anciens studios du Lunaret vont également faire peau neuve pour devenir un support à la création artistique. Les trois façades extérieures accueilleront des œuvres pérennes, réalisées par trois artistes qui seront sélectionnés en partenariat avec le Mo.Co.

L’une des intervenantes est déjà connue: l’artiste franco-iranienne Nazanin Pouyandeh, née en 1981, réfugiée en France après l’assassinat politique de son père par le régime des Mollahs.

Les trois niveaux intérieurs seront également investis par les arts à travers différents formats: musique Live, DJ set, expositions, projections, rencontres, marchés de créateurs.

Livraison dans trois ou quatre ans.



 

- Publicité -
Article précédentLa galerie Vachet-Delmas, implantée à Sauve dans le Gard, ouvre une deuxième galerie à Lyon en septembre
Article suivantEn Aveyron, le Département ferme la galerie Sainte-Catherine