- Publicité -


Les artistes et les villes de la région mobilisés pour l’Ukraine (info enrichie de nouvelles œuvres et initiatives)

 

L’invasion de l’Ukraine par la Russie ne laisse indifférents ni les artistes ni les collectivités de la région.

  • Côté artistes: ils et elles sont de plus en plus nombreux à se manifester pour soutenir les Ukrainiens, chacun avec ses moyens. En plus des œuvres que nous avons reçues, ou repérées sur les réseaux sociaux, nous publions également une série d’initiatives prises par les uns et les autres pour venir en aide à ce peuple martyrisé.
    Merci à tous. Nous compléterons au fur et à mesure.
  • Du côté des graffeurs
    – A Perpignan, David Gonzalez alias Vissou, participe à l’opération L’art prend l’air, organisée par la mairie qui a mis à disposition des graffeurs participants des cubes à différents endroits de la ville. Vissou avait été sélectionné, mais a changé une face du cube qui lui était réservé, place de la Résistance, pour rendre hommage aux Ukrainiens.
    – A Toulouse, le graffeur Loïc L. peint des enfants ukrainiens dans la ville.
    – A Montpellier, Grünnif transforme son collage la Liberté guidant le peuple en mettant un drapeau ukrainien.
  • Juli About, céramiste, Nîmes.

    Juli About
  • Karine Waldow, Montpellier (34). Artiste de mère ukrainienne native de Lviv. Debout avec l’Ukraine, encre acrylique sur papier, 26,5 x 28 cm

Je mets cette pièce en vente au profit d’une association qui vient en aide aux Ukrainiens. Vous versez directement le montant de la vente à l’association de votre choix et je vous envoie la pièce contre le justificatif de paiement“. En France uniquement.

  • Hugues Dedit, Nonoko, Montauban (82)
    Estampe en sérigraphie artisanale imprimée par l’auteur. Vingt exemplaires, 40 x 50 cm, numérotée et signée, papier Edixion 250 g. Livraison gratuite.

    Hugues Dedit-Nonoko

    60 € dont 50 € reversés à l’association Aide Médicale & Caritative France-Ukraine ou 60 € pour les ventes en main propre.
    Se rendre dans la boutique de l’artiste, ou le joindre par mail ou au 06 51 24 31 83 pour un achat remis en main propre.  Pour chaque vente l’artiste fournit un reçu du don à AMC.

  • Robert Combas, peintre, Sète (34).
    L’artiste a réalisé une estampe à partir d’un dessin qu’il a créé alors que les premières bombes tombaient sur Kharkiv.

    Robert Combas

    L’estampe a été réalisée bénévolement par l’Atelier DPJ , éditeur et imprimeur d’art à Sète, sur papier chiffon par un maître-graveur. L’artiste a offert les droits de reproduction.
    125 ex. numérotés et signés par Robert Combas.
    Commande de l’estampe possible jusqu’au 30 avril (1250,00€ après cette date). Livraison mise en place à partir de mai 2022.

L’intégralité des fonds recueillis reversés à la Croix Rouge Ukrainienne.

  • Nîmes (30) : une vente aux enchères et un concert pour récolter des fonds au profit de l’Ukraine
    La Ville mobilise les acteurs culturels nîmois pour le peuple ukrainien, le samedi 26 mars : une vente aux enchères d’œuvres d’art à Carré d’Art, le matin, et un concert de musique classique et actuelles au Théâtre de Nîmes, le soir.
    Vente aux enchères samedi 26 mars, à partir de 10 heures.
    A ce jour, plus de 25 artistes dont les Nîmois Claude Viallat, Guillaume Moschini ou Emma Godesbska, ont fait don de tableaux et sculptures.

    Les fonds récoltés seront reversés à la Croix-Rouge pour aider sur le terrain la population ukrainienne et tous ceux qui fuient la guerre. La Ville complète en proposant au conseil municipal de voter, le 9 avril, une subvention de 15 000 € au bénéfice de la Croix-Rouge française.
    Pour effectuer un don à la Croix-Rouge
  • D’autres le vivent de plus près, comme le catalan Sergei Wolkonsky, qui a vécu en Ukraine avant d’être professeur aux Beaux-Arts de Perpignan. Il publie depuis le début du conflit toute sa solidarité avec ses amis artistes ukrainiens, dans plusieurs posts parus sur les réseaux sociaux: “Mon cœur est avec mes amis d’Ukraine, que j’aime depuis toujours et dont je partage aujourd’hui les angoisses, sous la menace d’une invasion russe. J’ai participé à l’Indépendance, il y a trente ans, en 1991. J’ai une foi profonde en ce pays qui est une terre de liberté et d’espérance”.
  • De son côté, l’artiste Emmanuel Bornstein, qui vit à Berlin, mais qui est né à Toulouse, devait exposer des œuvres conçues pendant le confinement avec un artiste russe. Les deux hommes ont choisi d’annuler l’exposition qui devait se tenir à partir du 10 mars à Krasnoïarsk, en Sibérie russe. Le travail d’Emmanuel Bornstein avait été au centre d’une double exposition l’été 2021 au Château de Laréole et au musée de la Résistance et de la déportation de Toulouse.
  • Côté collectivités, de nombreuses villes ou sites emblématiques ont souhaité montrer leur solidarité en mettant leurs monuments aux couleurs bleu et jaune du drapeau ukrainien.

Toutes nos excuses aux absents de ce tout petit choix que nous enrichirons par la suite.

 



 

- Publicité -
Article précédentLa ville de Toulouse reste propriétaire du fonds photographique du Château d’Eau
Article suivantStages d’initiation au Cyanotype à Aniane (34)