- Publicité -


Après son passage à Montpellier, Nicolas Bourriaud relance une activité à Paris, soutenu par l’architecte montpelliérain François Fontès

 

Nicolas Bourriaud a imaginé et ouvert en 2017 le Mo.Co à Montpellier, la structure tripartite qui regroupe deux centres d’art (la Panacée et le Mo.Co) et l’école des Beaux-Arts. Il avait été nommé pour cela par l’ancien maire Philippe Saurel, mais n’avait pas été reconduit par l’équipe du maire actuel, Michaël Delafosse, qui lui a préféré le retour du montpelliérain Numa Hambursin.

Dans son édition du 25 février, Le Monde donne la suite de l’aventure pour l’ancien directeur du Mo.Co, qui fut aussi l’ancien directeur des Beaux-Arts à Paris, et qui est l’un des plus éminents théoriciens de l’art actuel.

Nicolas Bourriaud lance aujourd’hui Radicants, une “coopérative curatoriale”, à Paris, soutenue financièrement par le groupe immobilier Hugar, créé par l’architecte montpelliérain François Fontès. 

La structure ambitionne de proposer de nouveaux formats d’expositions et de faire découvrir des pratiques culturelles émergentes“, écrit la journaliste Emmanuelle Jardonnet, suite à la présentation que Nicolas Bourriaud a fait de cette nouvelle structure à Paris.

Radicants entend donner aux commissaires d’expositions la possibilité de concevoir des lieux de présentation d’œuvres et d’artistes émergents ou à redécouvrir, en leur offrant une coopérative curatoriale internationale, une plate-forme pour être mieux valorisés”, explique la journaliste.

Par le biais de cette plateforme, Nicolas Bourriaud souhaite notamment préparer des expositions adaptées à tous les territoires et à leurs budgets, tout en payant mieux les curateurs.

Trois autres curateurs accompagnent Nicolas Bourriaud dans cette création, Kuralai Abdukhalikova, Barbara Lagié et Cyrille Troubetzkoy. La structure ouvrira un espace fin mai à Paris, 18 rue Commines, dans le Marais.

Première exposition consacrée à Bracha Ettinger, peintre franco-israélienne.

  • Exposition inaugurale : Planet B/Climate Change & The New Sublime, au Palazzo Bollani du 20 avril à fin novembre, pendant la 59e Biennale de Venise, avec des œuvres d’une trentaine d’artistes internationaux.

 



 

- Publicité -
Article précédentEdition: Sourire d’Harar, illustré par l’Héraultais Patrick Singh
Article suivantA Veilhes (Tarn), le sculpteur Pierre Silvestrin se lance dans un projet éléphantesque