- Publicité -


Le sculpteur Rémy Teulier à nouveau médaillé du Salon des Artistes Français

crédit: Rémy Teulier
Le sculpteur basé à Montbazens, en Aveyron, revient du Salon des artistes français, qui se tenait à Paris, au Grand Palais éphémère, avec la médaille d’argent pour son œuvre, Memento Mori, médaille remise par le jury de la Société des Artistes Français.

En 2019 déjà, le sculpteur revenait médaillé de ce salon: il avait présenté son Messager et obtenu la médaille de bronze.

 

 

 

L’artiste, qui a travaillé neuf mois sur cette Vanité ou ce Memento Mori, a donc repris cette fois-ci un thème classique de la peinture, depuis que les Hollandais ont réalisé les premiers au XVème siècle: Memento mori, ou: n’oublie pas que tu vas mourir.

Un rappel pour ceux qui vivraient leur vie en toute insouciance, sans se rendre compte que cette vie est un bien fragile et éphémère.
Pour le représenter, les artistes représentent souvent les plaisirs futiles de l’existence, et y ajoutent une tête de mort, comme un rappel que tout cela n’aura qu’un temps.
Rémy Teulier ne s’est pas contenté de traiter la tête de mort, motif répété à satiété par de nombreux artistes aujourd’hui, au point d’en avoir épuisé le sens.
crédit: Rémy Teulier
Ici, bien au contraire, la tête de mort se laisse désirer. Elle n’est pas tout à fait achevée, elle n’est pas visible de loin, elle est en construction: c’est la petite fille qui se la dessine sur le revers de la main, et ce n’est qu’en approchant de l’œuvre qu’on la découvre. Et comme par hasard, cette tête de mort se heurte à un autre symbole, la montre de la petite fille, objet qui prend la place des horloges de la peinture plus ancienne mais dont le message est le même: le temps passe, inéluctable.

 

crédit: Rémy Teulier
Avec cette montre comme avec d’autres éléments, l’artiste a repris les codes d’un Memento Mori en les modernisant.
L’artiste fait le choix souvent fait par ses prédécesseur de confronter les plaisirs innocents d’un enfant et la mort qui sera au bout du chemin, mais il rend le sujet contemporain: la représentation d’une vie faite de plaisirs faciles, futiles et éphémères est bien là, incarnée par le tube à faire des bulles de savon, qui représente au passage un morceau de bravoure dans une sculpture sur marbre. 
Des bulles de savon d’une enfant qui joue avec l’innocence de son âge, mais gravées dans le marbre, pendant neuf mois par un sculpteur qui sait la valeur du temps.

A.D.

  • L’artiste a déjà entamé une nouvelle oeuvre dans un bloc de marbre aussi noir que le précédent. Il devrait en extraire “le repos du faune”.
  • En 2019, il avait été primé pour son Messager, qui obéissait à une même logique de mélanger des éléments contemporains à des symboles appartenant à l’histoire de l’art.



 

- Publicité -
Article précédentDans le Lot, un portrait filmé de la peintre Françoise Utrel dans les salles de cinéma
Article suivantAppel à candidatures: 13èmes Estivales Lagorre, Seix (Ariège)