- Publicité -


La vie des musées:

Une “pompe à boule” rejoint le Musée Pierre Andrès (Lot)

crédit: musée Pierre Andrès

Dans le Lot, le musée consacré aux machines insolites de Pierre Andrès (1922-2011) ouvert à l’été 2019 est fermé comme prévu cet hiver, mais profite de cette fermeture pour réaliser des travaux de rénovation et mise aux normes.

Les travaux consistent notamment à améliorer l’installation électrique pour perfectionner les spots orientables utilisés pour les machines singulières et les expos temporaires. Les responsables vont également en profiter pour d’autres travaux (réfection des murs, étanchéité, etc).

Comme chaque année, le musée réouvrira ses portes pour les trois mois d’été.

Les visiteurs pourront alors découvrir une nouvelle machine, qui vient de rejoindre les collections du musée, une « pompe-à-boule » réalisée par un menuisier-ébéniste allemand, d’après une machine appartenant à Steve et Marie-Ange Waring, grands amis de Pierre Andrès.

Cette copie n’est pas la première que réalise ce menuisier-ébéniste qui a déjà réalisé pour le lieu plusieurs copies de machines dont les originaux se trouvent à la Kinder-Akademie de Fulda : un plateau, un parcours et l’âne.

C’est également lui qui va réaliser, à la demande du directeur du Phaeno à Wolfburg en Allemagne, cinq copies de Machines singulières exposées à la Section enfant récemment ouverte dans ce Musée.

Musée Pierre-Andres, à Villesèque, à une vingtaine de kilomètres de Cahors

  • Pierre Andrès (1922-2011), originaire d’Alsace, découvre le département du Lot à l’entrée du Second conflit mondial. Il est jeune Maître d’école et le village de Montcuq sera son premier poste. Après son engagement volontaire dans la Brigade Alsace-Lorraine et la paix revenue, il reviendra dans le Lot pour se marier. Enseignant, il sera amené à partir hors du département. En 1968, il est nommé Maître d’application à l’Ecole normale d’instituteurs de Cahors. A la retraite dans les années 70, il se consacre à partir de l’observation des jeux destinés à la jeunesse, à l’invention de ses « Machines Singulières.
    Ses œuvres ont été exposées en France, en Suisse, en Allemagne, et ont intégré de nombreuses collections privées.
  • La région Occitanie peut se targuer d’avoir deux musées présentant d’improbables machines dans la région: un an avant l’ouverture de ce musée, un autre musée consacré à des machines improbables avait ouvert dans la région, l’Affabuloscope au Mas d’Azil (Ariège), qui est consacré à un autre inventeur de machines et autres inventions loufoques, Claudius de Cap-Blanc.


 

- Publicité -
Article précédentAppel à projets: Queer Rising, Ciam, Toulouse, juin 2022
Article suivantEdition: Expositions et œuvres en questions, une recherche-intervention création dans un centre culturel toulousain