- Publicité -


Le sculpteur toulousain James Colomina installe une sculpture sur un socle laissé vacant par la ville de Barcelone

 

crédit: galeries Bartoux

Le street-artiste a installé dans la nuit du 29 au 30 janvier sa sculpture Humanity sur le mémorial vide d’une ancienne statue de l’esclavagiste espagnol Antonio López retirée par la ville de Barcelone en 2018.

Une action menée comme à son habitude sans demander d’autorisation à quiconque, et volontairement réalisée pour être vue le 30 janvier, jour anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Espagne.

L’œuvre, d’une couleur rouge vermillon brillante comme toutes ses œuvres précédentes, représente un homme et un ours aussi haut que lui, en train de se faire un gros câlin.

James Colomina a déjà surpris différentes villes avec ses sculptures placées sans aucune autorisation dans des lieux parfois insolites, parfois symboliques. Plusieurs de ses sculptures sont maintenant bien en place dans la ville où il vit et travaille, Toulouse.

 

crédit: galeries Bartoux

 



 

- Publicité -
Article précédentPablo Néry crée un site autour du street-art à Montpellier, le Maum, Musée Arts Urbains Montpellier
Article suivantA Lourdes (65), l’association des Amis du Musée Pyrénéen fait don de trois œuvres à la ville