- Publicité -


A Toulouse, décès de la galeriste Ceres Franco, dont la collection est exposée à Montolieu (Aude)

 

Ceres Franco. Crédit: A. Devailly

La galeriste et collectionneuse d’art « brut » Cérès Franco est décédée à l’âge de 95 ans à Toulouse, à l’Ehpad La Pastellière,  l’établissement où elle résidait et où elle avait organisé une dernière exposition le mois dernier.

Fin octobre, la galeriste avait effectué un dernier déplacement à Montolieu au musée qui porte son nom et qui héberge sa collection, la Coopérative Céres Franco, pour rendre hommage à sa fille Dominique Polad-Hardouin disparue en 2020, après avoir organisé cette donation qui a permis d’accueillir la collection de la galeriste parisienne dans la région.

Carole Delga, la présidente de la région, a rendu un hommage personnel aux deux femmes qui l’avaient convaincue d’accepter la collection et de traiter rapidement ce dossier pour que le musée puisse voir le jour rapidement.

C’est ainsi que Montolieu, près de Carcassonne, peut accueillir de manière permanente les œuvres d’art brut réunies par Ceres Franco depuis les années 60, quand la galeriste franco-brésilienne avait encore une galerie à Paris.

L’aventure régionale de Céres Franco a commencé dans les années 80, quand la galeriste a un coup de coeur pour le village de Lagrasse dans les Corbières. Elle s’y installe, puis y fait venir une partie de la collection. Dans son sillage, des artistes font le déplacement dans les Corbières, parfois pour s’y installer définitivement comme Philippe Aïni, qui va à son tour prendre pied en créant la Coop-Art à Serviès-en-Val, à quelques kilomètres de Lagrasse.

Quand la galeriste et sa fille Dominique Polad-Hardouin cherchent à trouver une solution pour que la collection soit préservée et exposée, elles cherchent naturellement à trouver un lieu dans la région.

Dominique Polad-Hardouin

L’aventure régionale de la collection connaît alors plusieurs conte-temps, notamment en 2013 et 2014, avec l’acception de la collection par la mairie de Carcassonne qui fait aménager le premier étage du musée des Beaux-Arts dans ce but. Une première exposition a lieu en guise de préfiguration de ce que doit être l’installation permanente de la collection, mais en 2014, les élections municipales portent à la mairie un nouveau maire, Gérard Larrat qui rejette la donation.

 

Dominique Polad-Hardouin rentre alors en contact avec un mécène, Henri Foch, qui a fait carrière dans la banque et réside désormais à Montolieu. Se noue alors un partenariat à trois, entre Céres Franco, le collectionneur privé et les collectivités, notamment la Région et sa présidente qui suit le dossier personnellement. Un accord tripartite va aboutir à l’installation permanente de la collection à la Coopérative.

Carole Delga a rendu un hommage personnalisé et ému aux deux femmes:   » C’est avec une immense tristesse que j’ai appris aujourd’hui la disparition de Cérès Franco, galeriste et collectionneuse d’art qui après avoir voyagé et organisé des expositions dans le monde entier, ouvert la galerie L’œil-de-bœuf à Paris, avait choisi Montolieu dans l’Aude, comme lieu de vie pour ses 2000 œuvres rassemblées pendant plus de 50 ans. Un véritable trésor rendu accessible à tous au sein de la Coopérative-Collection Cérès Franco (…) Femmes de conviction, leurs personnalités et leurs engagements profonds et sincères ont marqué le monde de l’art et l’Occitanie ».

Les obsèques de Ceres Franco se tiendront à Paris et la collectionneuse sera inhumée au cimetière du Père-Lachaise.

Nous adressons nos condoléances à sa famille et gardons en mémoire des rencontres chaleureuses, vives, enrichissantes et pleines d’humour avec Ceres Franco et Dominique Polad-Hardouin. Les deux femmes nous avaient accordé une grande confiance à plusieurs occasions. Ces deux femmes vont manquer à beaucoup d’artistes et d’amateurs d’art ici et ailleurs.
A.D.

- Publicité -
Article précédentL’artiste toulousain James Colomina installe deux statues à Berlin pour commémorer la chute du mur
Article suivantNîmes lance un concours: “À vos règles, citoyennes !”