- Publicité -


Le photographe Serge Zaka (Hérault) prix du public du Weather photographer of the Year

 

A 32 ans, le photographe Serge Zaka, basé à Saint-Martin-de-Londres reçoit le prix du public du Prix international de la photographie météo de l’année 2021.

Serge Zaka est agro-climatologue à l’entreprise ITK, et, passionné de photos, se mue volontiers en « chasseur d’orage ». Il partage ses photographies, souvent prises dans la région, sur son compte twitter qui compte plus de 22 000 abonnés.

Sa photo a été élue plus belle photo météo du monde par le public et 3ème plus belle par les juges de ce concours organisé par la Royal Meteorological Society, basée en Grande-Bretagne. Pour le prix du public, 12 000 votants devaient départager 21 finalistes de 15 pays.

Pour le jury, « le photographe était à une distance parfaite de cette tempête pour capturer trois choses cruciales pour une composition photo gagnante: le ciel, la tempête et l’eau« .

crédit: Serge Zaka

Serge Zaka est un artisan-photographe d’orage, d’origine libanaise, aventurier dans l’âme et passionné dès l’âge de 8 ans. Adhérent puis administrateur d’Infoclimat dès l’âge de 14 ans. Ingénieur agronome à Agrosup’Dijon à 22 ans.

Docteur en agroclimatologie à l’INRAE de Lusignan à 26 ans. Depuis, chercheur-modélisateur scientifique dans le même domaine, il étudie l’impact du changement climatique sur l’agriculture.

Depuis 2003, il parcourt la France pour étudier et immortaliser les plus beaux évènements climatiques. « Comprendre le climat et ses impacts est une vocation. De fil en aiguille, ma passion m’a poussé jusqu’au doctorat. Le partage de ma passion m’est essentiel qu’il soit artistique, par la photographie, ou scientifique, par la vulgarisation« .

Description de la photo sur le site de la Royal Meteorological Society:
Après avoir parcouru plus de 300 milles, attendu huit heures et demie en dormant dans la voiture, Serge a finalement capturé cet orage annoncé par une nuit de pleine lune au-dessus de la célèbre baie de Cannes dans le sud de la France.
« Cet orage a déclenché plusieurs éclairs dans le ciel clair sous les étoiles. Il n’y avait pas de pluie, pas de nuages ​​parasites, juste le calme de la nuit et le bruit du tonnerre – des conditions idéales ! »
La foudre est une grande étincelle électrique produite par des électrons se déplaçant rapidement d’un endroit à un autre pour neutraliser deux régions chargées – cela peut être à l’intérieur du nuage ou entre le nuage et le sol. C’est la collision de petits cristaux de glace avec un graupel (grêle doux) plus gros et plus dense au sein d’un orage qui transfère des électrons de l’un à l’autre. Le courant ascendant de tempête transporte ensuite les cristaux de glace chargés positivement vers le haut du nuage tandis que le graupel chargé négativement tombe vers le bas. Une fois que les charges opposées s’accumulent suffisamment, la propriété isolante de l’air se décompose pour former la foudre. L’air entourant le canal de foudre atteint brièvement des températures allant jusqu’à 30 000 °C, provoquant une expansion rapide de l’air, que nous entendons alors comme le tonnerre.

 



 

- Publicité -
Article précédentCassandre Fournet, Thomas Stefanello, Valentin Martre, Clément Philippe lauréats du programme Post-Production 2021
Article suivantMusées régionaux en travaux: ouverture provisoire ou fermeture prolongée