- Publicité -


A Toulouse, Mix’Art Myrys ouvre un espace extérieur et mobilise les friches culturelles françaises 

 

A Toulouse, privé de son lieu et de ses principales sources de financement, Mix’Art Myrys poursuit néanmoins l’aventure. Ce collectif d’artistes ouvre le samedi 16 octobre son espace extérieur “avec des artistes, des auteurs, des autrices, des faiseuses et faiseurs de friches et de communs, pour penser et faire résonner ces espaces où habiter la ville, où défier la crise démocratique, sociale, climatique, où résister.”

Depuis janvier 2021, le Collectif mène régulièrement des actions et reçoit des soutiens pour continuer à exister malgré la fermeture administrative des locaux actée par la Ville de Toulouse et Toulouse Métropole. “En début d’été nous avons mis en demeure Toulouse Métropole de réaliser les travaux de mise en sécurité auxquels elle s’était engagée, et ce avant contentieux“, précisent aujourd’hui le Collectif.

Le Collectif fera le point samedi sur la suite de la saga et en profite pour faire intervenir les friches culturelles à l’occasion de cette mobilisation.

D’ici-là, aura lieu :

  • une rencontre : “Histoire(s) de friches, Présent des Commun(s)”, avec Fazette Bordage (initiatrice du Confort Moderne à Poitiers et de Mains D’Œuvres à Saint-Ouen), Fabrice Lextrait, rédacteur du rapport “Friches, laboratoires, squat, projets pluridisciplinaires…: une nouvelle époque de l’action culturelle” (2001), Michel Bauwens, fondateur de la P2P Foundation et co-auteur de la tribune “Pour un pacte social et écologique fondé sur les communs” avec Frédéric Sultan (AOC). 
  • le vernissage de l’exposition du collectif  Les Côpeintres. 
  • Un repas partagé, avec les Amaps et groupements d’achats de produits en circuits courts accueillis à Mix’Art Myrys. 
  • Un documentaire radiophonique, portrait de lieu, sur Mix’Art, de la série Memento du centre de ressources Artfactories/autresparts (https://autresparts.org/)
  • Et pour clore ce premier D’ici-là un dj set/performance d’Esther et Elvire, dans le cadre du projet initié en collaboration par Esther, Lucia Soto/Cie Rebish et plusieurs formations d’artistes chorégraphiques/circassiens/comédiens à Toulouse (https://www.facebook.com/estheranshelm / https://luciasoto.org/)

Le Collectif ouvre “un interstice à la fermeture administrative” via le parking 12, rue Ferdinand Lassalle à Toulouse.

 



 

- Publicité -
Article précédentA Aussillon (Tarn), le fondateur de la Compagnie La Machine consulté pour mener un projet culturel
Article suivantDans le Lot, Paul et Rémi mettent un terme à leur aventure en duo avec Sismikazot