- Publicité -

Un photographe dénonce les fake news par un fake reportage photo présenté à Visa pour l’image

 

En septembre, le travail du photographe norvégien Jonas Bendiksen, 44 ans, est retenu par l’équipe de Visa pour l’image et est donc exposé au sein de ce Festival consacré au photojournalisme et dirigé par Jean-François Leroy.

Dans The book of Veles, le photoreporter dénonce la production de fausses informations à grande échelle en s’attachant à ce qui se fait dans une petite ville de Macédoine du Nord, Vélès, qui a déjà fait l’objet de nombreux articles et qui serait une véritable “usine à fake news”, créant notamment des sites ou des pages sur les réseaux sociaux à destination du public américain à l’ère de Trump.

Peu après la clôture du festival, le photoreporter annonce dans une interview publiée sur le site de son agence Magnum que ce travail est en fait monté de toute pièce: les personnages du reportage étaient des êtres virtuels achetés sur Internet, et le texte est le fruit du travail d’une intelligence artificielle. Le photographe s’était bel et bien rendu sur place à Vélès, mais n’avait photographié que des lieux vides, qu’il a ensuite “habillé” de personnages et de textes…

“Un faux reportage sur les créateurs de fausses informations”, explique le photographe dans une interview sur le site de son agence, Magnum, le 17 septembre. Une mise en abyme des fake news, en quelque sorte.

Plus ou moins beau joueur, le directeur du festival, Jean-François Leroy a publié un communiqué pour présenter ses excuses au public, tout en reconnaissant « l’audace insolente de Jonas Bendiksen ». Il estime que ce jeu de “l’arroseur arrosé” ne l’a pas laissé indifférent et considère le procédé du photographe comme « une opportunité plutôt qu’une attaque » et annonce l’organisation d’un débat sur le sujet des « fake news » en 2022.

La profession des photoreporters, elle, est partagée entre ceux qui apprécient la virtuosité, voire l’utilité de cette action “artistique” et ceux qui estiment que cela contribue à décrédibiliser le travail de l’ensemble des photographes. 

 



 

- Publicité -
Article précédent A Leucate (Aude), Retalola a fermé la galerie par une grande vente solidaire
Article suivantA Montpellier, une œuvre de Nicolas Daubanes installée devant la Faculté de médecine