- Publicité -


EDITION

Gilles-Marie Baur (Gers), Bobart, la revue des expos


Gilles-Marie Baur a réalisé 42 “Unes” d’une revue « improbable et déjantée qui ne demande qu’à exister ». Il les a toutes réunies dans un livre, Bobart et la revue des expos.

Gilles-Marie Baur, qui réside dans le Gers, est diplômé des Beaux-Arts, prof de dessin puis directeur artistique dans diverses agences de  publicité à Paris avant de devenir illustrateur indépendant pour la presse et l’édition. L’artiste pratique le dessin, l’écriture, les Artboxes (boîtes surréalistes), diverses techniques d’expression au service d’une même création. Membre de l’Académie Alphonse Allais.

Gilles-Marie Baur: « Lorsque j’étais à Paris, dessinateur de presse, mon job était de traiter par l’humour l’actualité sociale, économique, culturelle…  (je ne traitais pas des sujets politiques). Ayant fait les Beaux-Arts et traversé quarante années comme illustrateur, dessinateur et peintre, je me suis interrogé souvent sur la main mise par certaines galeries de milliardaires sur ce qu’on appelle « l’art contemporain ». Et comme beaucoup, j’étais agacé par cette mise en avant d’oeuvres dérisoires sous-tendues par des propos abscons et exposées avec une suffisance frôlant le ridicule. J’ai écrit sur le sujet un essai, très sérieux, « Vivre l’art ou l’artifice »  paru l’année passée aux éditions Panache. Mais l’humoriste en moi a repris le dessus et le confinement m’a donné le temps de concocter ces unes d’une revue qui ne demanderait qu’à exister afin de traiter de ce vaste sujet, le but étant d’en rire. J’aimerais tant que l’art contemporain officiel n’occulte pas les artistes contemporains, eux bien talentueux, actifs et déterminés à faire de l’art et non du ‘bobart' ».

  • 96 pages, 42 en couleurs avec des extraits de l’essai Vivre l’art ou l’artifice, de l’auteur aux éditions Panache. 18€ plus 3€ de frais postaux.
    Première édition numérotée 1 à 25 avec un dessin original de l’auteur, 50€ +3.
    www.editions-panache.com
Une réalisée après la parution de cet ouvrage

 

- Publicité -
Article précédentA Toulouse, le musée Paul-Dupuy participe à un projet d’expositions réunissant 18 villes
Article suivantA Montpellier, le street-art se mobilise pour les handicapés