- Publicité -


A Toulouse, l’Isdat se dote d’une nouvelle identité et d’un nouveau site

 

L’isdaT se dote d’une nouvelle identité pour cette rentrée 2021, identité qui doit mettre l’accent sur l’évolution de l’école qui consolide et développe son offre de formations, cultive les transversalités entre les différentes disciplines présentes (musique, danse, design, arts plastiques), s’ouvre plus encore à son territoire et aux cultures étrangères et multiplie les partenariats.

Afin de prendre acte de ces mutations et d’un projet en évolution, l’isdaT change son image et tente de produire du sens dans sa manière de communiquer.

 

Cette nouvelle identité se manifeste sous une nouvelle signature visuelle et sous un nouveau nom d’usage : isdaT — institut supérieur des arts et du design de Toulouse. L’isdaT a travaillé avec le studio parisien Stéréo Buro, qui a créé cette identité autour d’un signe-totem construit de modules organiques et anthropomorphes.

La pluridisciplinarité, revendiquée comme une singularité de l’isdaT, trouve son écho dans ce système graphique. Le logotype accueille dans sa forme le A des multiples formes d’arts (Danse, Musique, Art) et le T de Toulouse. Il en résulte un objet stable et construit évoquant les designs (le design produit, design d’espace et le design graphique). Il représente, dans ses interconnections, la rencontre des cinq options / unités d’enseignement proposées au sein de l’école.


Silvia Dore et Diane Boivin, Chez Stéréo Buro ont créé ce système graphique pour l’isdaT qui se déploie en couleur et se décline autant en logos d’ateliers transversaux ou unité de recherche de recherche, qu’en systèmes d’illustrations augmentables à l’infini. Plus qu’un signe identitaire aux formes et formats prédéfinis, c’est un langage visuel qui est proposé, et pourra se co-construire avec les étudiant·es et les équipes.

Elles ont complété le système graphique par une typographie de titrage de tradition Garalde nommée la Garonnette dessinée sur-mesure

 



 

- Publicité -
Article précédentA Montpellier, le street-art se mobilise pour les handicapés
Article suivantStage: modèle vivant, Béziers