- Publicité -


A Sète, les lauréats du concours ImageSingulières Fortant

ImageSingulières organise avec Fortant, partenaire et mécène historique du festival, et Wipplay, plateforme dédiée à la photographie, un concours ouvert aux amateurs photographes.

Cette année, la thématique est Terre des hommes, elle explore l’équilibre fragile des terroirs et la prise de conscience collective.

Le concours était doté de trois Prix du jury, trois Prix du public et un prix Spécial Fortant
Les photographies lauréates 2021 et 2020 sont à voir jusqu’au 5 septembre dans la cour du Centre photographique documentaire – ImageSingulières.

  • Prix spécial Fortant: Alain Lecocq (Lecok) – La terre s’envole
    Lieu de prise de vue : Mas de Causse, 82160 Saint-Projet

Une photographie humaniste et poétique avec un parfum d’antan. Presqu’un oxymore du dur labeur des paysans aux champs reflétant une certaine douceur de vivre. Derrière le sillon du puissant tracteur, la fragilité de cette femme accentuée par le nuage de poussière. Un beau travail de contre-jour au coucher du soleil avec un dégradé de plans qui donne de la profondeur.
Cette photographie a également reçu le 2ème Prix du public

  • Les prix du jury:
    Christian Schwarz (Chrblack) – The last cliché
    Lieu de prise de vue : Saint-Jean-de-Luz, Pyrénées Atlantiques

Une photo particulièrement graphique dont le noir & blanc très contrasté et les lumières d’orage renforcent la puissance. Les lignes tranchées des éléments rendent bien dérisoire la dimension humaine avec des promeneurs lilliputiens dans cette nature grandiose. Cette côte basque aux accents celtiques apparaît ainsi majestueuse tout au bout du littoral français.

Adrien Roux – Réunion au sommet
Lieu de prise de vue : Islande
Les effets de couleur et de textures en font presque une photo noir & blanc colorisée en 3D comme une sculpture ou une peinture sur tissu qui donne bien la mesure et la puissance de cette nature islandaise. Elle semble  écraser par le cadrage l’élément humain au sommet de ce glacier qui ressemble à une baleine de chiffon ou de papier froissé. Un glacier, symbole de la force de la nature et pourtant l’un des éléments les plus fragilisés par l’action des hommes sur leur environnement et de plus en plus menacé.

Benoît Casagrande (BenC)
Dans les mines de sel
Lieu de prise de vue : Cuzco, Pérou

La dureté du travail du sel où l’homme apparaît si fragile dans cette mosaïque ciselée. Les angles et les couleurs de terre rehaussées par les lignes d’un blanc éclatant renforcent la tristesse et la profondeur du paysage qui donne presque le vertige. Une diagonale bien travaillée qui fait de cette saline péruvienne un tableau émouvant.


Les prix du public:



 

- Publicité -
Article précédentStage: Du Carnet de voyage au livre d’artiste, Sommières (Gard)
Article suivantA Caylus (Tarn-et-Garonne), John et Grete McNorton dotent Draw International d’un nouveau lieu