- Publicité -


Le photographe toulousain Jean Dieuzaide exposé à Mazamet (Tarn)

 

Après plusieurs mois de conflit avec la ville de Toulouse, la collection Pace – Photographie Au Château d’Eau, prend définitivement son autonomie et organise un premier événement hors de la Ville Rose, autour de l’œuvre de Jean Dieuzaide, photographe toulousain et fondateur de la galerie du Château d’Eau en 1974.

Né il y a tout juste un siècle, le photographe Jean Dieuzaide, ami de ses collègues Robert Doisneau ou Jacques-Henri Lartigue, créa avec Lucien Clergue en 1970 les premières Rencontres d’Arles. 

La ville de Mazamet accueille le premier chapitre d’un projet photographique pour la diffusion, le rayonnement, la mise en valeur de la collection Pace et le travail de Jean Dieuzaide pour la reconnaissance de la photographie. 

L’exposition Correspondances est le fruit d’un partenariat mené entre Olivier Fabre, maire de Mazamet, Didier Houles vice-président du Conseil Départemental du Tarn et grand amateur de photographie, Donatien Rousseau, photographe et l’association Pace et son président Denis Rouillard

Grâce au concours de Michel Dieuzaide, fils du photographe, ils ont confié à Christophe Galou le soin de choisir les courriers de Jean Dieuzaide avec ses amis photographes ainsi que les vingt-cinq images emblématiques qui composent cette exposition grand format et ce premier chapitre du projet Correspondances.

Un projet dont l’objectif premier est la diffusion de la collection Pace (Photographie Au Château d’Eau) et du travail de Jean Dieuzaide.

Jean Dieuzaide était entre autre, un passionné de l’architecture. Pour rappeler cet attachement du photographe, les organisateurs ont choisi de placer l’exposition en extérieur dans un environnement naturel au pied d’une des dernières grandes réalisations de la cité lainière.

Correspondances est à voir sur le chemin de la passerelle de Mazamet comme une invitation à cheminer dans l’art, l’histoire et la nature.

  • A découvrir du 30 juin au 14 octobre,  sentier des jardins Cormouls-Houles qui conduit à la passerelle de Mazamet. Départ depuis le parking 95 rue de la Resse. 


 

- Publicité -
Article précédentA l’automne, le musée de Cluny (Paris) prêtera La Dame à la Licorne au musée des Abattoirs, à Toulouse
Article suivantA Montpellier, Sébastien Masse réalise une fresque dans une école sur le thème des masques… conçue avant le confinement