- Publicité -


Edition: Nicolas Gonati, Une petite histoire de l’art du confinement


Nicolas Gonati, plasticien originaire d’Ille-sur-Tet (66) publie une Petite histoire de l’art du confinement.
Dans cet ouvrage, il traite le sujet du moment à travers 21 propositions, usant du trompe-l’œil et du faux-semblant, qu’il a travaillé pendant vingt-quatre jours pendant le premier confinement, en avril 2020.
Le plasticien secondé par sa muse, a proposé chaque jour un épisode méconnu de l’Histoire de l’Art depuis le Paléolithique (18000 av. J.C.) jusqu’à la période contemporaine (2020 ap. J.C.). Toute ressemblance avec des oeuvres connues n’est pas fortuite.
Anachronismes, comme avec Marat qui n’est plus assassiné dans sa baignoire, puisque Charlotte Corday n’a pu se rendre chez lui, ou la leçon de médecine de Rembrandt transformée en visio-conférence. Certaines de ces créations à retrouver sur le site de l’artiste.

Editions Paraules, 20€

  • Né dans le Pas-de-Calais en 1962, Nicolas Gonati a élu domicile dans les Pyrénées-Orientales depuis 1980. Diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Perpignan en 1994, il enseigne les Arts Plastiques en collège et participe à de nombreuses expositions (Musée d’Art Moderne de Céret, Galerie Licence III de Perpignan, Centre d’Art Contemporain de Saint Cyprien, Musée de Palafrugell en Espagne, Palais des Rois de Majorque à Perpignan, El taller Treize à IIIe sur Tet, Bibliothèque de la Ferté-Saint-Aubin…).
crédit Nicolas Gonati
- Publicité -
Article précédentA Montpellier, une œuvre de Soulages de 1975 vendue 1,3 million €
Article suivantUne enquête de Libération sur les « lieux alternatifs », dont Mix’art Myrys (Toulouse)