- Publicité -


Avec Dess’Ingres, Montauban veut devenir la capitale du dessin

 

Montauban prépare une opération intitulée Dess’Ingres, qui vise à la transformer en capitale du dessin, pour donner un prolongement contemporain au fond de dessins du musée Ingres-Bourdelle.

L’opération devrait être lancée en mai 2022, correspondant à un centenaire spécifique à l’histoire du dessin dans la ville: en 1822 était en effet créée l’école de dessin de Montauban, visitée par Ingres en 1826 à l’occasion d’un déplacement dans sa ville natale pour l’accrochage d’une de ses toiles dans la cathédrale.

 

crédit: ville de Montauban

« Nous fêterons donc le centenaire de cette école de dessin l’an prochain. C’est l’occasion idéale pour lancer le projet Dess’Ingres qui vise à faire de Montauban la capitale du dessin‘, explique l’élu culture de la ville, Philippe Bécade.

 

 

Ingres, Achille et Patrocle. Crédit Musée Ingres-Bourdelle

« Nous souhaitons décliner le dessin sous toutes ses formes et partout, au musée, mais pourquoi pas dans les vitrines ou dans la rue. Et nous sommes en train de mettre en place un prix spécifique, en partenariat avec la Villa Médicis de Rome« , poursuit l’élu.

Ce prix autour du dessin permettra au lauréat de séjourner un mois dans cette Villa appartenait à la France et qui en a fait un lieu d’accueil des artistes, avant de résider un mois à Montauban.

« La ville a noué des relations avec la villa Médicis en 2018, à l’occasion du prêt du violon d’Ingres à la villa », poursuit l’élu, et le nouveau directeur, Sam Stourdzé a été enthousiaste à l’idée de ce projet« .

 

  • La Villa Médicis avait organisé en 2018-2019 une exposition, intitulée Le Violon d’Ingres, qui visait à rendre hommage à la puissance patrimoniale de la Villa Médicis, avec la volonté d’unir l’art du passé à celui contemporain. Elle était matérialisée par le célèbre violon du peintre Jean-Auguste-Dominique Ingres – prix de Rome et directeur de la Villa Médicis de 1835 à 1841.
  • Montauban poursuit par ailleurs son dynamisme autour de la sculpture, célébrant alors l’autre grand artiste de la ville, le sculpteur Antoine Bourdelle.
    Après avoir passé plusieurs commandes les deux dernières années, la ville va mettre en place cet automne une sculpture de Napoléon offerte par l’association des membres de la légion d’honneur, « puisque sans Napoléon, pas de Tarn-et-Garonne! » poursuit l’élu. Le département a été  créé en 1808, par un sénatus-consulte qui faisait aussi de Montauban son chef-lieu.
    Deuxième projet en matière de sculpture: « Nous souhaitons mettre en place une sculpture représentant Olympe de Gouges au cours de ce mandat« . A suivre.


 

- Publicité -
Article précédentA Alès, un livre géant d’Alphonse Daudet déposé devant la médiathèque 
Article suivantA Narbonne, le Musée Narbo Via consacrée à la Romanité ouvre ses portes