Le maire de Perpignan donne de la visibilité aux artistes pendant le confinement

 

Le maire de Perpignan, Louis Alliot (extr-droite), a choisi de permettre aux artistes d’exposer malgré le confinement : depuis le 17 février, l’aquarelliste Corinne Izquierdo et le sculpteur Hervé Abel exposent dans les patios de l’hôtel de Ville et de l’hôtel Pams.
Le maire avait dans un premier temps essayé de rouvrir les musées municipaux, mais la décision avait vite été cassée par le tribunal administratif de Montpellier, après lui avoir cependant rapporté une bonne couverture médiatique.

Il a alors pris la décision d’aider les artistes en les aidant à exposer dans des lieux autorisés, au cours d’une opération intitulée L’art prend l’air.

En dehors des expositions dans les patios de l’Hôtel de ville et de l’hôtel Pams, la mairie a installé des panneaux d’exposition dans le centre ville de la cité catalane (quai Vauban, places Arago, Rigaud et de la République), pour permettre aux street-artistes de créer en direct. Les graffeurs Sekos, One Cheatz, Musa, Ben Caillous, Astus2, Prooz, Diips, Vissou et Ceni ont pu s’exprimer le 19 février. L’élu à la culture, André Bonnet, a expliqué en conseil municipal que les artistes “toucheront 600 € pour une œuvre de 8 m² et 1 000 € pour 20 m²“.

Un autre “artiste performer”, habitué de la réalisation de portraits rapides devant les caméras, Boris Normand, a réalisé une performance au couvent des Minimes, la réalisation d’une toile représentant Salvador Dali enlaçant le Castillet et le drapeau catalan.

La performance (7’30) a été filmée et exposée par la suite dans le patio de l’hôtel de Ville.