A Toulouse, les rapports de plus en plus conflictuels entre la ville et les acteurs culturels

 

crédit A. Devailly
crédit: Haute-Garonne Tourisme

La ville de Toulouse est aujourd’hui fortement contestée par de nombreux acteurs culturels en raison des conflits qui s’accumulent sur plusieurs structures: après le Château d’eau, repris en régie directe et au centre d’un conflit sur la propriété du fonds, après Mix’art Myrys, soumis à une fermeture administrative, après le musée de l’affiche (Le Matou) sans équipe dirigeante, c’est au tour du Pavillon Mazar, dédié au théâtre, d’être en difficulté,  la ville ayant choisi de ne pas acquérir ce bâtiment classé, ni de le louer.

Conséquence: le groupe Merci qui occupait cette ancienne fabrique de draps depuis 24 ans doit quitter les lieux le 18 mars.

A contrario, l’élu à la culture Francis Grass cite volontiers l’ouverture de nouveaux lieux culturels par l’équipe du maire actuel: Le Quai des savoirs, L’Envol des Pionniers, le cinéma Utopia-Borderouge, le Théâtre de La Digue, Aeroscopia, etc.